Matten bei Interlaken

Comm. BE, distr. d'Interlaken, comprenant le village de M. au pied du Rugen, dans la plaine du Bödeli entre les lacs de Brienz et de Thoune, et l'enclave d'Änderberg. 1133 inter lacus Madon. 372 hab. en 1764, 795 en 1850, 1602 en 1900, 2042 en 1910, 1813 en 1930, 2183 en 1950, 3671 en 2000. Vestiges romains près de l'arsenal (des monnaies et peut-être une route), tombes du haut Moyen Age à l'ancienne carrière de Moosbühl. Le "domaine d'Adélaïde" (Adelheidsgüter, 1310) était un ancien domaine royal burgonde; la haute justice y était détenue, au XIIIe s., à titre de fief impérial, par des barons (de Buchegg, de Wädenswil) et par leurs ministériaux (von Matten, vom Bach). Grâce à des dons de la noblesse, le prieuré d'augustins d'Interlaken entra en possession de biens à M., ainsi que de la basse justice (1300-1310); après la sécularisation, en 1528, M. fut soumis au bailliage bernois (juridiction) d'Interlaken; celui-ci prit aussi possession de la maladrerie médiévale et du gibet qui se trouvaient au Rugen. Le village a toujours fait partie de la paroisse de Gsteig bei Interlaken; il y forme aujourd'hui un cercle avec Interlaken (maison de paroisse ouverte en 1979). Anciennement, quatre Bäuerten formaient la communauté d'exploitation de Matten: oberes Drittel et mittleres Drittel (qui correspondent à l'actuel M. et constituaient jusqu'en 1798 deux communes d'assistance et une commune scolaire), Aarmühle et Wilderswil. Dès le XVIe s., l'usage des forêts et biens communaux fit l'objet de litiges; la séparation de Wilderswil en 1633 ne ramena pas la paix. A la demande d'Aarmühle, un partage des biens intervint en 1810 et deux communes (M. et Aarmühle) furent créées en 1838. Village agricole, mais voisin d'Interlaken (nouveau nom d'Aarmühle en 1891), M. accueillit après 1850 quelques établissements touristiques: un premier grand hôtel offrant circuit de promenade et cures de petit lait ouvrit en 1863 au Rugen (école hôtelière de la Société suisse des hôteliers dès 1981). Le développement démographique et économique (fondation en 1866 de la brasserie Rugen notamment) atteignit un apogée en 1910, comme à Interlaken; puis vinrent une période de crise, liée aux guerres mondiales, et un recul du nombre d'habitants. La région tira profit de la place d'aviation militaire aménagée en 1939-1941 en partie sur le territoire de M. (site ultérieur du Mystery Park qui fera faillite en 2007). La reprise du tourisme, dès 1945, relança la construction, si bien que M. (qui a conservé un noyau villageois du XVIe-XVIIIe s.) se mit à former avec Interlaken une seule agglomération. Celle-ci constitue avec Unterseen une région touristique et économique, dotée de quelques équipements communs (patinoire artificielle, ouverte en 1979). La Confédération est le principal employeur de M. (arsenal, aérodrome). La prairie d'Unspunnen est célèbre pour les fêtes alpestres qui s'y tiennent depuis 1805 et au cours desquelles on pratique notamment le lancer de la "pierre d'Unspunnen". La première représentation du traditionnel Guillaume Tell en plein air eut lieu en 1912.


Bibliographie
– H. Zwahlen, Heimatkunde des Dorfes Matten, 1981
– B. Mutter, Bauinventar der Gemeinde Matten bei Interlaken, 1999

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / UG