Haïti

 © 2004 DHS et Kohli cartographie, Berne.
© 2018 DHS

Le territoire de l'actuelle République d'H. comprend la partie occidentale de l'île antillaise d'Hispaniola, découverte par Colomb en 1492. Il fut cédé en 1697 à la France, qui en fit la colonie de Saint-Domingue; le reste de l'île devint aussi français en 1795. La colonie proclama son indépendance en 1804; le 1er bataillon de la 3e brigade helvétique avait combattu aux côtés des Français contre les indépendantistes en 1803. En 1808, la partie orientale de l'île redevint possession espagnole (République Dominicaine). Après plusieurs décennies d'une monarchie chaotique, la république en 1859 et l'occupation américaine de 1914 à 1934, le clan Duvalier imposa au pays un régime dictatorial de 1957 à 1986. Le père Jean-Bertrand Aristide, opposant à la dictature, fut élu président en 1990. Peu après son entrée en fonction, l'armée le déposa, mais dut le rappeler sous la pression de l'opinion publique internationale en 1994. Aristide démissionna en 2004, également sous la pression de l'extérieur.

Depuis 1935, la Suisse a un consulat à H. Durant la Deuxième Guerre mondiale., elle servit d'intermédiaire (dans les deux sens) entre H. et l'Allemagne, le gouvernement de Vichy et l'Italie. Le chef de mission à La Havane entre 1957 et 1962, puis celui de Mexico furent chargés des relations diplomatiques. Après avoir eu une représentation à La-Chaux-de-Fonds de 1874 à 1883, H. possède depuis 1934 un consulat en Suisse. Son ambassade à Paris est responsable des relations diplomatiques. La Confédération représenta les intérêts de H. à Cuba de 1964 à 1967. Malgré un accord commercial provisoire signé en 1936 déjà, les relations économiques sont restées insignifiantes pour les deux pays. La pauvreté de la population haïtienne n'est guère propice aux échanges avec la nation industrielle et prestataire de services qu'est la Suisse. La chute du pouvoir d'achat provoqua des manifestations de mécontentement, avivées par la connaissance des avoirs déposés dans les banques suisses par les élites du pays. Depuis sa démocratisation, l'Etat haïtien a revendiqué les fonds du clan Duvalier et présenté en 1986 une demande d'entraide judiciaire. En 2002, le Conseil fédéral décida de bloquer les avoirs de Jean-Claude Duvalier et des personnes de son entourage.

H. bénéficie d'une aide au développement de la Confédération, mais il se pourrait que le soutien accordé par des œuvres caritatives privées soit plus important. Helvetas, par exemple, est active depuis 1983 dans divers secteurs (infrastructures en milieu rural, exploitation durable de ressources naturelles, formation). Sur demande de la Direction du développement et de la coopération, elle dirige depuis 1997 un programme d'approvisionnement en eau potable et de construction de latrines. En 2003, 142 Suisses, dont 83 doubles nationaux, vivaient en H. et 464 Haïtiens en Suisse.


Bibliographie
– F. Bernoulli, Die helvetischen Halbbrigaden im Dienste Frankreichs, 1798-1805, 1934
– W.L. Bernecker, Kleine Geschichte Haitis, 1996

Auteur(e): Thomas Fischer / AN