Costa Rica

 © 2001 DHS et Kohli cartographie, Berne.
© 2018 DHS

En raison de la situation périphérique de cette république, qui proclama son indépendance en 1848 après l'échec des tentatives d'unification de l'Amérique centrale, les rapports entre la Suisse et le C. se limitèrent durant le XIXe s. à des efforts ponctuels d'exportation et à quelques immigrations isolées. Dès 1890 environ, plusieurs Suisses, dont Henri François Pittier, jouèrent un rôle important dans le développement de l'enseignement costaricain. Depuis 1896, le C. entretient des consulats généraux à Berne et Genève. En 1912, comme la colonie suisse s'était élevée entre temps à une centaine de personnes, la Confédération nomma à San José un consul honoraire en la personne d'un des fondateurs d'une colonie agricole de la province de Cartago, dont le nom de district actuel, La Suiza, conserve le souvenir. Durant la Deuxième Guerre mondiale, la Suisse exerça le mandat de puissance protectrice du C. en Allemagne et de facto en Belgique, France et Tchécoslovaquie. Le consulat général, qui existe depuis 1959, fut élevé en 1967 au rang d'ambassade, également compétente pour les relations diplomatiques avec le Nicaragua et Panama. Après diverses représentations temporaires, le C. dispose d'une ambassade permanente à Berne depuis 1981. Les exportations suisses (cotonnades, montres, lait condensé, chocolat et, depuis les années 1920, produits pharmaceutiques et machines en nombre croissant) n'avaient cessé d'augmenter depuis l'ouverture du consulat et occupaient dans les années 1930 le 6e rang dans les statistiques costaricaines. Le C. envoyait de son côté surtout du café (plus tard aussi des bananes) vers la Suisse. A la demande de la Confédération, le C. accorda en 1937 le droit de la nation la plus favorisée aux importations suisses. Les relations commerciales ne se fondent toutefois sur une base contractuelle que depuis la conclusion en 1965 d'un traité de compensation, de juridiction et d'arbitrage, ainsi que d'un accord sur les investissements (avec clause de la nation la plus favorisée). Un accord sur la coopération technique et scientifique suivit en 1971. A la fin des années 1990, le solde de la balance du commerce penche toujours en faveur du C. La Suisse soutient des projets de développement depuis la fin des années 1960. La qualification de "Suisse de l'Amérique centrale" fait allusion à la stabilité politique qui dure depuis 1948, inusuelle dans la région.


Fonds d'archives
– AFS
Sources imprimées
DDS

Auteur(e): Peter Fleer / WW