Irlande

On désigne sous le nom d'I. à la fois l'île située à l'ouest de la Grande-Bretagne et la république occupant les quelque deux tiers du territoire insulaire, avec Dublin comme capitale. Peuplée par des Celtes, l'île fut christianisée au Ve s. Sa conquête par le roi d'Angleterre Henri II en 1171-1172 inaugura une période de domination étrangère de plusieurs siècles, qui culmina avec l'anglicisation de l'île au XVIIIe s. (au XVIIe s. déjà en ce qui concerne l'Ulster). En 1798, le mouvement insurrectionnel d'inspiration républicaine des United Irishmen fut réprimé par Londres, qui renforça encore l'intégration de l'île dans l'Etat britannique avec la loi d'Union votée en 1800. Après la guerre d'indépendance de 1919-1921, la Grande-Bretagne accorda l'indépendance politique à l'I. au sein du Commonwealth. Six des neuf comtés de la province d'Ulster demeurèrent cependant attachés au Royaume-Uni sous le nom d'I. du Nord. Avec la constitution de 1937, l'I. devenait de facto une république, officiellement proclamée en 1949 seulement, en même temps que l'île sortait du Commonwealth.

Les premières relations culturelles entre la Suisse et l'I. remontent aux fondations de couvents par des moines missionnaires irlando-écossais tels que Colomban, Gall et Fintan. Sur l'ermitage de Gall fut fondée l'abbaye bénédictine, puis la ville marchande de Saint-Gall; la bibliothèque de l'abbaye conserve aujourd'hui des trésors de l'art irlandais (livres enluminés, manuscrits). Les contacts ultérieurs furent souvent le fruit de voyages d'artistes (Francis Danby, Barthélemy Du Pan) ou d'officiers au service d'Angleterre (Ernst Ludwig Lichtenhahn). Au XVIIIe s., un projet de colonie de réfugiés genevois près de Waterford (New Geneva) échoua. La Société économique fondée à Berne en 1759 s'inspira d'une organisation semblable fondée à Dublin en 1731; les Bernois reprirent des Irlandais l'idée d'attribuer des prix. Au XXe s., James Joyce écrivit une partie de son œuvre à Zurich, où il mourut et est enterré. Avec ses traductions en allemand d'œuvres anglo-saxonnes, Elisabeth Schnack fit une large place, dès les années 1960, à la littérature et aux écrivains irlandais.

Les relations politiques furent dictées par la Grande-Bretagne tant que dura sa domination sur l'I. Néanmoins, le mouvement irlandais d'opposition à l'union (XIXe s.), le soulèvement de 1916 et enfin la guerre d'indépendance de 1919-1921 suscitèrent l'intérêt de l'opinion publique suisse. La Confédération reconnut l'Etat libre d'I. à son entrée dans la SdN (1922). Pour l'Irlande, qui ne s'était pas encore complètement affranchie de l'emprise britannique (bases militaires), Genève devint alors, en tant que siège de la SdN, le troisième centre d'intérêt diplomatique après Washington et Londres. Le chef du gouvernement irlandais Eamon De Valera présida la SdN en 1932, puis son assemblée en 1938. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, le pays resta neutre en dépit des pressions de Winston Churchill. Comme la Suisse, l'I. entra dans l'OCDE en 1961 et, à l'instar de la Grande-Bretagne, rejoignit la CEE en 1973.

La Suisse ouvrit un consulat général à Dublin en 1934, qui restait sous la responsabilité de la représentation de Londres. Cette délégation, devenue indépendante en 1939, fut transformée en ambassade en 1962. De son côté, l'I. a été représentée en Suisse depuis 1940, sous la direction d'un chargé d'affaires à partir de 1954, puis d'un ministre, enfin d'un ambassadeur (1962). Entre 1956 et 1960, ce fut la diplomate Josephine McNeill qui représenta son pays en Suisse. La visite de courtoisie du président irlandais Sean T. O'Kelly en 1956 a constitué un jalon important dans les relations entre les deux pays.

Jusqu'à la Deuxième Guerre mondiale, la Suisse importait d'I. jusqu'à 1500 chevaux de cavalerie par année. Depuis les années 1960, une partie de la chimie bâloise a transféré sa production en I. non seulement pour sa législation sur l'environnement, mais aussi pour profiter d'importantes forces de travail, jeunes et qualifiées, disponibles dans la région de Cork. Dans les années 1990, plusieurs centres d'appels ont été délocalisés en I. A la fin du XXe s., elle a bénéficié d'une forte croissance économique (jusqu'à 10% du PIB par année). La balance commerciale est très nettement négative pour la Suisse. L'I. exporte des biens de consommation et d'équipement; elle importe surtout des machines, mais aussi des produits chimiques ou électriques. En 2005, 1304 ressortissants suisses vivaient en I., 1337 Irlandais en Suisse.


Fonds d'archives
– National Archives, Dublin
– AFS
– Documentation du DFAE

Auteur(e): Peter Moser / VW