Straubenzell

Ancienne comm. SG, distr. de Gossau, rattachée à la ville de Saint-Gall en 1918, formée du village paroissial de Bruggen, de plusieurs localités (notamment Lachen, Vonwil, Schönenwegen, Haggen, Kräzern, Winkeln) et de fermes. 1167 de Strubuncello. 1252 hab. en 1689, 1769 en 1837, 2200 en 1850, 8090 en 1900, 15 305 en 1910. Des monnaies romaines ont été découvertes en 1824 près de Bruggen. Le territoire de S. est partagé en deux par les gorges de la Sitter, franchies par des ponts où transitait le trafic de l'abbaye et de la ville de Saint-Gall en direction de l'ouest; les forteresses de Spisegg et de Sturzenegg témoignent de l'importance stratégique de ce point de passage. Au haut Moyen Age, ce fut probablement l'abbaye de Saint-Gall qui défricha et administra la région. Le tribunal abbatial y exerçait la justice. Mentionnée en 1523, la commune de S. n'était pas une juridiction au sein de la principauté abbatiale, mais une capitainerie du Landshofmeisteramt (circonscription du bailliage supérieur de l'Alte Landschaft), dont les gouverneurs abbatiaux résidaient au château de Waldegg. L'église Saint-Laurent et, après la Réforme, l'abbatiale de Saint-Gall servirent d'église paroissiale. L'église Saint-Martin, bâtie en 1600 à Bruggen, ne fut érigée en paroissiale qu'en 1807. La maladrerie de l'Alte Landschaft (sauf Wil et Rorschach) fut construite à Bruggen entre 1567 et 1572. L'agriculture prédomina jusque dans la seconde moitié du XIXe s. L'industrie textile exploitait un foulon sur la Sitter, des blanchisseries et une tour de séchage. On trouvait aussi des moulins, un moulin à papier appartenant à l'abbaye, des tuileries, un four à chaux et une brasserie.

La commune fut créée en 1803 et attribuée au district de Rorschach, puis en 1831 à celui de Gossau. Sous l'influence de l'industrie textile saint-galloise, les gorges de la Sitter et d'autres endroits de la commune devinrent au XIXe s. d'importants centres industriels. Plusieurs fabriques de broderies s'y établirent, en particulier l'entreprise Rittmeyer qui domina la broderie mécanique à ses débuts. De nouveaux ponts furent jetés sur la Sitter aux XIXe et XXe s., notamment pour le réseau ferroviaire, auquel S. fut relié en 1856 (Winterthour-Saint-Gall-Rorschach) et 1910 (lac de Constance-Toggenbourg). Entre 1924 et 1931, le Breitfeld accueillit un aérodrome doté de liaisons régulières. L'usine électrique de Kubel entra en fonction en 1900, suivie d'une centrale privée. Vers 1900, l'industrialisation entraîna une augmentation massive de la population, un accroissement du nombre d'étrangers (27% en 1910) et un développement urbanistique qui s'étendit jusqu'à la limite avec la ville de Saint-Gall. Dès la seconde moitié du XXe s., l'ancien territoire communal de S., désormais quartier occidental de Saint-Gall, connut un nouvel essor de la construction. Des entreprises industrielles, des centres commerciaux et des complexes de loisirs (stade de football en 2008) aboutirent à la formation d'une agglomération entre Winkeln et Gossau.


Bibliographie
– J. Staehelin, Straubenzell in seiner Geschichte, 1943
Straubenzeller Buch, 1986
Straubenzell, 2006

Auteur(e): Marcel Mayer / FP