13/03/2008 | communication | PDF | imprimer | 

Gündlischwand

Comm. BE, distr. d'Interlaken, à la confluence de la Lütschine noire et de la Lütschine blanche, comprenant le village de G. et la localité de Zweilütschinen, au fond de la vallée, ainsi que des alpages étendus (Sägistal avec son lac). 1331 Gundlisswant. 123 hab. en 1764, 335 en 1850, 279 en 1888, 321 en 1900, 308 en 1950, 263 en 2000. Vestiges de terrassement d'un site non identifié dans la forêt de l'Allmiwald. Au Moyen Age, le territoire constituait un fief impérial détenu par des familles de barons (Wädenswil, Ringgenberg, Kien). En 1331, le chapitre des augustins d'Interlaken y acquit des biens et des droits qui, après la sécularisation de 1528, passèrent à Berne et furent intégrés à l'administration du bailliage d'Interlaken (siège de la juridiction). Un pont fut construit en 1580 à Zweilütschinen, à la bifurcation des deux vallées. Au spirituel, les gens de G. ont toujours été rattachés à la paroisse de Gsteig bei Interlaken. Entre la fin du XVIe s. et 1715, le minerai de fer extrait dans la haute vallée de Lauterbrunnen était fondu au "Schmelziwald" ("forêt de la fonderie"), où subsistent des vestiges de l'exploitation qui comprenait un haut fourneau (1682), un martinet, une fonderie, une charbonnière, un moulin et une taverne. Zweilütschinen est depuis 1890 une halte sur la ligne des chemins de fer de l'Oberland bernois. G. a profité jusque dans les années 1990 de la présence d'installations militaires (notamment d'un arsenal) et bénéficie aujourd'hui de l'apport économique des chemins de fer de la Jungfrau. Deux tiers des personnes actives travaillent à l'extérieur. L'élevage et l'économie alpestre (deux communautés d'alpage) n'y ont plus qu'une importance marginale.


Bibliographie
– H. Michel, Buch der Talschaft Lauterbrunnen, 41979
– U. Schneeberger, Bauinventar der Gemeinde Gündlischwand, 2002

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / LA