28/06/2005 | communication | PDF | imprimer

Castagnola

Ancienne comm. TI, distr. de Lugano, ayant fusionné avec Lugano en 1972. 1335 Castigniola. Située sur les pentes du Monte Brè, dominant le lac, elle comprend également les hameaux de Ruvigliana et de Suvigliana, les quartiers de la plaine du Cassarate et, sur l'autre rive du lac, Caprino et Cavallino. 157 hab. en 1591, 214 en 1801, 419 en 1850, 1060 en 1900, 2926 en 1950, 4430 en 1970, 5509 (dont 3453 à Cassarate) en 1991. Découvertes de vestiges romains en 1886 et 1938. Au Moyen Age, C. formait avec Ruvigliana et Suvigliana une communauté paroissiale (concilium, 1335) autour de l'ancienne église Saint-Georges; C. devint paroisse en 1620.

Cassarate (1335 Casorago), bourg fondé par l'évêque de Côme et terre jouissant de l'immunité (cassina) liée au château Saint-Michel (qui se trouvait sur le coteau du parc actuel), déclina après le Moyen Age et passa aux mains de propriétaires de C. et de Lugano. Le canal situé sur la rive gauche du Cassarate fut exploité au moins depuis le XVIIe s. (moulins). C. et Lugano avaient l'usufruit de la carrière de gravier et de sable à l'embouchure de la rivière, ainsi que des caves viticoles, de la carrière de gravier et de sable, des pâturages et bois de Caprino et de Cavallino. Durant la seconde moitié du XIXe s., Cassarate fut intégrée à l'infrastructure urbaine de Lugano et devint terminus de la ligne de tram en 1896. L'oratoire Saints-Paul-et-André à Cassarate, du début du XVIe s., sert de chapelle privée à la Villa Castagnola, hôtel créé en 1885.

Grâce au développement de la construction et de l'hôtellerie, C. est devenue au XXe s. la banlieue résidentielle et touristique la plus prisée de Lugano, accessible par le funiculaire (1908) et le trolleybus (1955). Sur son territoire se trouvent d'importants lieux de détente et de culture: la Villa Favorita (Fondation Thyssen-Bornemisza), la Casa Carlo Cattaneo (l'exilé milanais y vécut de 1849 à 1869), actuel siège des archives de Lugano et du musée dédié aux poètes lettons Janis Rainis et Aspazija (à C. de 1906 à 1920), le parc Saint-Michel (avec un oratoire du XVIIIe s.). Une importante entreprise de produits pharmaceutiques (Giuliani SA) a eu son siège à C. de 1955 à 1998.


Bibliographie
– C. Donati, A. Sonvico, Il comune di Castagnola, dactyl., 1969
– A. Gili et al., Castagnola e il suo patriziato, 2001

Auteur(e): Antonio Gili / LT