Bâtiaz, La

Quartier de la comm. de Martigny VS, comm. de 1845 à 1956. 1368 bastida. 403 hab. en 1850, 425 en 1900, 565 en 1950. Le château de La B., édifié sur le rocher surplombant la Dranse, emplacement probable d'un fortin romain, est situé au confluent du val d'Entremont et de la vallée du Rhône. Possession épiscopale la plus avancée au cœur des terres savoyardes, il est l'enjeu de luttes incessantes. Le bâtisseur des premières fortifications est l'évêque Landri de Mont au début du XIIIe s. Pierre II de Savoie ordonne l'édification du donjon circulaire (vers 1260), achevé par l'évêque Pierre d'Oron en 1281. Dévasté par les Patriotes du Haut-Valais en 1475 et relevé par l'évêque Jost de Silenen, il est ruiné définitivement par Georges Supersaxo qui l'incendie en juin 1518.

Un document faisant mention du village date de 1368: La B. n'est alors qu'un amas de maisons bordant le chemin du château. Devenu un quartier du grand Martigny au XIXe s., La B. s'en détache pour former une commune indépendante en 1845. Un siècle plus tard, elle demande son rattachement à Martigny-Ville. Officialisée en 1956, la fusion entérine une situation de fait. La chapelle de Notre-Dame de Compassion succède à un oratoire élevé après l'inondation de 1595; construite entre 1625 et 1630, elle subsiste jusqu'en 1736, puis est agrandie (1748); de fréquents dommages lui sont causés par les crues de la Dranse. Le pont de La B. est signalé en 1349 dans les chartes relatives aux "barrières" (digues); son passage est soumis à un péage. Emporté par la débâcle du Giétroz (1818), un nouvel ouvrage est construit en 1829. Désormais couvert, avec des arches de mélèze, il est consolidé en 1920; des passerelles lui sont adjointes en 1948. Il est le dernier pont arqué du Valais encore en fonction.


Bibliographie
– Ph. Farquet, Martigny, 1953, 65-72
– P. Vouilloz et al., La Bâtiaz, 1986

Auteur(e): Frédéric Giroud