Strättligen

Ancienne comm. BE, distr. de Thoune, partie de la comm. de Thoune depuis 1920. 1175 Stretelingen. 509 hab. en 1764, 1716 en 1850, 3058 en 1900, 3646 en 1910, 19 223 en 1992, 21 131 en 2010. Situé à l'extrémité du lac de Thoune, sur la rive gauche, S. comprenait les villages d'Allmendingen (mentionné en 1287), Schoren, Buchholz, Gwatt et Scherzligen et jouxtait l'ancien cours de la Kander et l'Allmend de Thoune. Il formait autrefois le cœur de la seigneurie groupée autour du château fort de S., résidence des barons homonymes, mentionnés de 1175 à 1349. La seigneurie de S. comprenait la basse justice de S. et les juridictions de Thierachern (avec Uebeschi), Wahlen, Tannenbühl, Pohlern et Blumenstein, ainsi que Wattenwil avec la haute et la basse justice et la moitié du village de Reutigen. La seigneurie détenait des fiefs impériaux comme la baronnie de Spiez, le bailliage de Wimmis et d'autres fiefs dans l'Oberland. Après le meurtre de l'empereur Albert Ier de Habsbourg commis en 1308 près de Windisch, la seigneurie de S. fut placée sous la suzeraineté de l'Autriche. Après l'extinction des barons de S. en 1349, elle passa, sans Blumenstein, aux seigneurs de Burgistein; elle fut partagée en deux et vendue par leurs descendants. La famille May, bourgeoise de Berne, acquit les deux parties de la seigneurie en 1499 et 1516. En 1594, elle vendit la juridiction de S. à la ville de Berne qui l'intégra dans son bailliage de Thoune, puis, dès 1652, dans celui d'Oberhofen. Le tribunal siégeait à l'auberge de Gwatt. Après la guerre de Gümmenen (1331-1333), le château de S., situé sur le site d'un ancien château fort en bois près du passage sur la Kander, n'était plus qu'une ruine. En 1701, Berne bâtit à sa place une tour pour en faire le magasin des poudres qui, dès 1819, passa à l'Ecole militaire centrale fédérale de Thoune. La commune de Thoune racheta la tour en 1977 et la fit restaurer. Par la suite, sa cour intérieure accueillit diverses manifestations.

Dès le bas Moyen Age, les villages d'Allmendingen, Schoren, Buchholz, Gwatt et Scherzligen, ainsi que des hameaux comme Dürrenast et Wylergasse, firent partie de la commune Auf dem Feld dans la paroisse de Scherzligen, appelée aussi commune de Schoren ou de S. Ils exploitaient collectivement les communaux et les forêts de leur basse juridiction et rachetèrent les redevances féodales en 1534. Autour de Schoren et de Dürrenast se trouvaient aussi des champs appartenant aux communes de Hilterfingen et d'Oberhofen, situées de l'autre côté du lac. Le détournement de la Kander dans le lac de Thoune, en 1713, permit à S. d'éviter les inondations et la construction d'ouvrages de protection; les terres ainsi gagnées furent peu à peu mises en culture et vendues, entre 1874 et 1876, par la commune bourgeoise à ses membres. Lorsque des entreprises fédérales et des industries s'installèrent à Thoune, le nombre de nouveaux habitants augmenta et des constructions commencèrent à s'étendre sur l'Allmend. La mise en place des infrastructures provoqua cependant l'endettement de la commune. C'est pourquoi S. accepta en 1919 son rattachement à la ville de Thoune, effectif dès 1920; la commune bourgeoise fut maintenue. Dès lors et surtout depuis 1950, les constructions se multiplièrent, principalement sur les anciennes berges de la Kander. Neufeld - auparavant non bâti - et Dürrenast sont les zones les plus densément construites.


Bibliographie
– L. Hänni, Strättligen, 21997
– A.-M. Dubler, «Die Region Thun-Oberhofen auf ihrem Weg in den bernischen Staat (1384-1803)», in BZGH, 66, 2004, 61-117

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / MBA