Boujean

Ancienne comm. BE, distr. de Bienne, réunie à Bienne en 1917. Vieux village-rue, en partie conservé, au nord-est de Bienne, à la sortie des gorges du Taubenloch. 1181 Bezingen, 1254 Boujans, all. Bözingen. 410 hab. en 1770, 514 en 1818, 1192 en 1850, 2051 en 1880, 2604 en 1900, 2982 en 1910.

Situé sur le territoire de l'évêché de Bâle, B. relevait de l'avouerie et de la paroisse de Bienne, et dès 1388 de la mairie de cette ville. Sur le plan administratif, B. dépendait du Conseil de Bienne, qui élisait l'amman sur proposition de la commune et l'assermentait. Le gibet de Bienne se trouvait à B. Le tribunal épiscopal était présidé par le maire de Bienne. La Suze qui, au XIIIe s., formait une des frontières de l'avouerie de Bienne, partageait le village en deux parties, Oberdorf et Unterdorf, soumises à des régimes juridiques différents. B. devint une commune indépendante en 1823.

Le moulin dit de Bellelay appartint dès 1281 au couvent bâlois de Saint-Alban, qui le céda à l'abbaye de Bellelay en 1405, lors d'un échange. On lui annexa une scierie en 1604. Moulin et scierie furent réunis en 1872 à l'ancienne scierie seigneuriale de Bienne et transformés en une grande scierie qui subsista jusqu'en 1993. Le moulin épiscopal, dit Lochmühle, qui se dressait dès le XIVe s. à l'entrée des gorges du Taubenloch, fut complété en 1634 par une tréfilerie. L'usine fut modernisée en 1818 et l'on y produisit des chaînes et des clous de Paris sur des machines semi-automatiques. Une industrie, encore partiellement active aujourd'hui, se développa au XIXe s. et surtout après 1914, date de la fusion entre les tréfileries de B. et de Bienne. En 1884, la centrale électrique de la tréfilerie de B. livra du courant à une fabrique biennoise de boîtes de montres. Ce transport d'énergie était vraisemblablement une première en Europe. La viticulture fut pratiquée sur les contreforts du Jura, surtout jusqu'à la fin du XIXe s. (épidémie de phylloxéra). Point de départ jusqu'en 1858 de la route du Jura passant au-dessus des gorges du Taubenloch, B. fut relié dès 1877 à la gare de Bienne par un tramway hippomobile. En 1889, on construisit un sentier touristique à travers les gorges. Un chemin de fer à voie étroite vint relier en 1901 les zones industrielles de B. et Mâche. A l'heure actuelle, B. fait partie de la ville de Bienne, tout en possédant sa commune bourgeoise et des associations de quartier.


Bibliographie
– F. Schwab, 300 Jahre Drahtindustrie, 1934
INSA, 3, surtout 69-72
Die Burgergemeinde Bözingen, 1989

Auteur(e): Margrit Wick-Werder / CHP