04/11/2004 | communication | PDF | imprimer

Bönigen

Comm. BE, distr. d'Interlaken, village à l'embouchure de la Lütschine dans le lac de Brienz, au pied de l'arête Schynige Platte-Rotenfluh. 1261 villa Boningen. 346 hab. en 1764, 1263 en 1850, 1515 en 1900, 1734 en 1950, 2182 en 2000. Four à chaux sur le chemin d'Iseltwald. Le village fut établi d'abord sur le cône de déjection du Hauetenbach, à l'abri des inondations. Il s'agrandit le long de la route d'Interlaken et vers une zone marécageuse (Im Sand) après la correction de la Lütschine (XVIIIe s.) et l'abaissement du niveau du lac (vers 1860). B. était un fief d'Empire des barons d'Eschenbach, qui le louèrent puis donnèrent, avec Iseltenalp et Künzlenalp, au couvent d'Interlaken (1261/1275). B. fut mêlé à tous les soulèvements de l'Oberland: les gens de l'Oberhasli y furent battus en 1330 par les Weissenburg; B. se révolta inutilement en 1349 contre le couvent d'Interlaken, refusa la Réforme en 1528. Après la sécularisation du couvent (1528), B. fut rattaché au bailliage bernois d'Interlaken. Une chapelle (dans le quartier de Chappeli) fut démolie après 1528. Au spirituel, B. relève de Gsteig-Interlaken, mais possède depuis 1957 une église pour ses paroissiens et ceux d'Iseltwald. B. accueillit favorablement en 1814 et 1836 l'idée d'un canton de l'Oberland. Une forêt de la bourgeoisie (Brandwald) fut remise en 1812 à l'Etat de Berne. La commune bourgeoise et la commune d'habitants forment ensemble depuis 1861 une commune mixte. Elevage et exploitation des alpages (trois corporations d'alpage à Künzlenalp dans les années 1990). L'artisanat (charpenterie) se développa après la construction du canal de la Lütschine (1835), notamment avec la sculpture sur bois qui occupait une centaine de personnes vers 1900. Le tourisme (cures d'air et de petit lait, hôtels dès 1829, quai construit en 1907) fut facilité par le chemin de fer du Bödeli (1874, de B. à Därligen; le tronçon Interlaken-B. a été supprimé en 1969) et par le bus pour Interlaken (avant 1906 déjà). Le secteur tertiaire offrait 62% des emplois en 1990. 63% des personnes actives travaillaient dans la région, mais hors de la commune, notamment aux ateliers du Berne-Lötschberg-Simplon (1916) et à l'aérodrome militaire (1945, réorganisé dès 1996).


Bibliographie
– C. Rubi, «Dorfpflege in Bönigen», in Jahrbuch vom Thuner- und Brienzersee, 1967, 25-36
– P. Michel, Bönigen, [1994]

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / PM