No 1

Sahl, Hans

naissance 20.5.1902 à Dresde, décès 27.4.1993 à Tübingen, isr., Allemand. Fils de Paul David (nom de famille initial: Salomon), banquier, et d'Anna Maasz. ∞ 1961 Melinda Albrechtova, fille d'un compositeur hongrois. Doctorat en histoire de l'art (1924). S. s'enfuit à Prague en 1933, puis à Paris en passant par Zurich où il revint ensuite pour de courts séjours. Auteur de textes de chansons pour le cabaret Pfeffermühle, il composa l'oratorio laïque Jemand pour les chorales ouvrières de Suisse (création à Zurich en 1938). Il émigra à New York en 1941 où, après la guerre, il fut correspondant pour plusieurs journaux de langue allemande, dont la NZZ. Il rentra en Allemagne en 1989. S. est l'auteur d'œuvres autobiographiques (Die Wenigen und die Vielen, 1959 et Survivre est un métier, 1995, all. 1983), de poèmes (Wir sind die Letzten, 1976) et de traductions (Thornton Wilder, Tennessee Williams, Arthur Miller, John Osborne). Plusieurs distinctions, dont le prix international de l'exil de l'académie bavaroise des beaux-arts en 1990.


Bibliographie
– E.W. Skwara, Hans Sahl, 1986
– Killy, Literaturlex., 10, 110-111
– Kosch, Deutsches Literatur-Lex., 13, 690-691
– A. Reiter, Die Exterritorialität des Denkens, 2007

Auteur(e): Karin Marti-Weissenbach / MBA