31/10/2007 | communication | PDF | imprimer | 

Krattigen

Comm. BE, distr. de Frutigen. Située sur la rive gauche du lac de Thoune, elle comprend les villages de K., Stuhlegg, Örtlimatt, ainsi que des fermes isolées. Vers 1300 Krattingen. 289 habitants en 1764, 598 en 1850, 592 en 1900, 600 en 1950, 589 en 1960, 882 en 2000. Haches à ailerons du Bronze tardif (fossé de K.), site du château fort de Rotenbühl, qui n'est pas attesté dans les sources, mais dont le fossé est visible. K. apparaît tout d'abord comme petite seigneurie des barons d'Eschenbach, puis vers 1300 comme fief des seigneurs de Corbières et arrière-fief de l'avoyer bernois Kuno Münzer. Après l'assassinat de l'empereur Albert Ier de Habsbourg près de Windisch en 1308, K. fut revendiqué par l'Autriche. Les von Scharnachtal, bourgeois de Berne, achetèrent successivement dès 1366 les droits de seigneurie qui se trouvaient chez divers propriétaires, puis le dernier tiers de la basse justice en 1483. La haute juridiction appartint également à la seigneurie dès 1487. Berne acquit K. en 1513 et le fit administrer par le châtelain de Mülenen, avant que le village revienne à Frutigen. Depuis le Moyen Age, K. fait partie de la grande paroisse d'Aeschi, qui a aujourd'hui une église filiale à K. Agriculture, viticulture, élevage et exploitation d'alpages fournissaient les ressources principales, ainsi que l'extraction de gypse depuis le XVIIIe s. (auj. fabrique de plâtre Leissigen). Avec le XXe s. arrivèrent la petite industrie et le tourisme (hôtellerie, chalets de vacances, place de camping). La commune n'est pas reliée au réseau CFF. Trois quarts des actifs sont des navetteurs.


Bibliographie
– W. Brügger et al., Das Frutigbuch, 21977
– E. Schläppi, Chronik Leissigen, 1992
– B. Mutter, Bauinventar der Gemeinde Leissigen, 1999

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / ABI