30/03/2012 | communication | PDF | imprimer

Pont-en-Ogoz

Comm. FR, distr. de la Gruyère, issue de la fusion, en 2003, d'Avry-devant-Pont, Le Bry et Gumefens. 1518 hab. en 2005. P. est aussi le nom de l'ancienne commune (176 hab. en 1850, 253 en 1900, 173 en 1950, 163 en 1960) qui avait fusionné en 1970 avec Villars-d'Avry pour former la commune du Bry.

Des artefacts du Mésolithique, des lames de hache du Néolithique, des vestiges d'habitat du Bronze moyen et final ainsi que des traces d'occupation du Hallstatt et de La Tène ancienne et moyenne ont été retrouvés sur le site de Vers-les-Tours. Le nom du bourg fortifié déserté de P. provient du pont de Thusy qui franchissait la Sarine entre Pont-la-Ville et Vieux Châtel où se trouvait probablement le premier château fort des seigneurs de Pont, mentionnés vers 1160. Le deuxième château fort, le bourg et la chapelle Saint-Théodule (encore conservée), filiale d'Avry-devant-Pont et dont le collateur fut l'hospice du Grand-Saint-Bernard, furent construits au XIIIe s. dans un méandre de la Sarine. La peste, au milieu du XIVe s., entraîna le déclin du bourg, qui fut abandonné dans le courant du XVIe s. La mise en eau du lac de la Gruyère (1948) n'a laissé émerger que les ruines du château et la chapelle (île d'Ogoz). La seigneurie de Pont comprenait les terres alentour, sur la rive gauche de la Sarine, et dès le XVe s. des possessions sur le versant nord du Gibloux jusque vers Romont (FR). Trois coseigneurs de Pont prêtèrent hommage à Pierre II de Savoie en 1250. Au XIVe s., après un morcellement de la seigneurie, celle-ci fut concentrée en peu de mains et érigée en châtellenie savoyarde (1359). Bernard de Menthon obtint en 1464 le retrait des troupes fribourgeoises. Son frère Antoine vendit la seigneurie à Fribourg en 1482, qui en fit son premier bailliage (dit de Pont-Farvagny dès 1617, jusqu'en 1798). Le tribunal baillival siégeait à Farvagny; le droit de Fribourg fut introduit en 1655 (remplaçant la coutume de Moudon). P. fut intégré au district de Bulle en 1798, à celui de la Gruyère en 1848. Traditionnellement rurale (cultures fourragères, élevage, 24% des emplois dans le primaire en 2005), P. est tourné économiquement vers Bulle et Fribourg.


Bibliographie
– G. Bourgarel et al., «Pont-en-Ogoz/Vers-les-Tours», in Cah. d'archéol. fribourgeoise, 6, 2004, 14-65
– B. Andenmatten, La maison de Savoie et la noblesse vaudoise (XIIIe-XIVe s.), 2005

Auteur(e): François Guex / LMD