29/09/2016 | communication | PDF | imprimer | 

Illens

Château, seigneurie et ancienne commune FR, district de la Sarine, ayant fusionné avec Rossens en 1972, partie de la commune de Gibloux depuis 2016. Ancien nom all. Illingen. 29 hab. en 1850, 16 en 1900, 15 en 1950, 11 en 1970. I. appartenait à la seigneurie d'Arconciel jusqu'à l'annexion de celle-ci par Fribourg durant les guerres de Bourgogne. Un bailliage d'I. fut ensuite constitué, avec Magnedens, Ecuvillens, Corpataux (rive gauche de la Sarine) et Treyvaux (rive droite), administré depuis Fribourg, comme les Anciennes Terres. Granges d'I., l'ancien domaine agricole du château (140 ha) jouissant d'un statut juridique particulier, fut érigé en commune en 1845. Jamais peuplée par plus de trois ménages, cette dernière fut administrée avec la commune voisine de Rossens dès 1885. Les fondations de la chapelle romane dédiée à saint Nicolas, mentionnée en 1441, furent mises au jour en 1915 lors de la reconstruction du rural. Au spirituel, I. relevait de Farvagny avant de former une paroisse avec Rossens (1876).

Les ruines du château d'I., perchées sur une paroi de rocher dans un méandre de la rivière, font face au bourg disparu d'Arconciel qui gardait l'accès au gué (ou pont ?) sur la rive droite de la Sarine. I. est mentionné entre 1150 et 1276 environ comme lieu où furent signés des actes juridiques. En 1366, Pierre d'Aarberg, réputé pour ses actions violentes, habitait encore périodiquement au château. Guillaume de la Baume, chambellan de Charles le Téméraire, s'y fit construire en 1470 une résidence élégante et confortable (cheminées, lieux d'aisance) qui fut attaquée avant même son achèvement par les troupes bernoises et fribourgeoises, en prélude aux guerres de Bourgogne (3 janvier 1475). Autour de 1900, sommairement couvert et aménagé, le château servit d'abri à une communauté de moines trappistes.


Bibliographie
– R. Flückiger Mittelalterliche Gründungsstädte zwischen Freiburg und Greyerz, 1984, 23-49
– J.-P. Anderegg, Une hist. du paysage fribourgeois, 2002, 236-237

Auteur(e): François Guex / VW