Croatie

 © 2001 DHS et Kohli cartographie, Berne.
© 2018 DHS

Partie de l'empire austro-hongrois, la C. fut intégrée en 1918 au royaume qui portera le nom de Yougoslavie. Soutenus par les puissances de l'Axe, les oustachis fascistes proclamèrent en 1941 "l'Etat indépendant de C.", qui se maintint jusqu'en 1945. La Suisse, qui représentait les intérêts des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne en C. durant la Deuxième Guerre mondiale, refusa tout d'abord de reconnaître cet Etat - ainsi que d'autres nés au cours de la guerre. Cependant, le Conseil fédéral décida de maintenir le consulat de Zagreb, créé en 1920, afin de défendre les intérêts des quelque 200 Suisses résidant dans la région. Toujours en 1941, une représentation croate fut ouverte à Berne et un accord commercial conclu, ce qui équivalait à une reconnaissance de facto. Il fut suivi en 1943 par un autre accord portant sur les marchandises et les paiements. En 1944, le Conseil fédéral bloqua les avoirs croates en Suisse.

La république de C., devenue partie de la République populaire fédérative de Yougoslavie en 1946, se déclara souveraine le 25 juin 1991, ce qui déclencha une guerre de sécession. En 1992, la nouvelle république fut reconnue par les Etats de la Communauté européenne ainsi que par la Suisse. La même année, une ambassade de Suisse fut ouverte à Zagreb et, depuis 1995, il existe une ambassade de C. à Berne et des consulats à Lugano, Zurich et Olten. Divers accords économiques bilatéraux furent conclus à partir de 1999. En 2000, la valeur des exportations de la Suisse en C. (notamment machines, papier et produits chimiques) s'élevait à environ 130 millions de francs, tandis que celle des importations, (bois, meubles, textiles et produits agricoles) atteignait 27 millions. Entre 1991 et 2000, la Suisse investit en C. 52 millions dans l'aide humanitaire (logements pour l'hiver et centres de réfugiés, reconstruction de villages). Durant cette même période, 778 ressortissants croates déposèrent une demande d'asile en Suisse. En 2001, la colonie suisse en C. comptait 384 membres, tandis que 43 608 Croates vivaient en Suisse. Les relations culturelles comprennent la participation à des rencontres littéraires, des festivals de théâtre, des concerts et des expositions, dans l'un et l'autre sens. La Confédération octroie des bourses aux Croates étudiant dans les universités suisses.


Bibliographie
– H. Klarer, Die schweizerische Praxis der völkerrechtlichen Anerkennung, 1981
– C. Zvonimir, Die Kroaten in der Schweiz, 1982
– P. Widmer Kroatien im Umbruch, 2004

Auteur(e): Therese Steffen Gerber / FS