Vaumarcus

Comm. NE, distr. Boudry, et ancienne seigneurie. Au bord du lac de Neuchâtel, à la frontière avec le canton de Vaud. La commune comprend les localités de V. et Vernéaz (V.-Vernéaz jusqu'en 1965). 1227 Valmarcuel, ancien nom all. Famergü. 111 hab. en 1750, 169 en 1810, 182 en 1850, 147 en 1900, 168 en 1950, 191 en 2000. L'histoire de la commune se confond avec celle de la seigneurie. Sans doute citée déjà en 1194 (sous une forme extraordinaire), celle-ci fut soumise à une famille noble autochtone (seconde moitié du XIIIe s.), qui la vendit aux Neuchâtel en 1309. La frontière fut l'objet d'âpres luttes entre les Neuchâtel et les Grandson jusqu'à la sentence arbitrale de 1350. En 1375, V. fut remis en fief par la comtesse Isabelle à Girard de Neuchâtel, petit-fils naturel du comte Louis. Jean II de Neuchâtel-V. se rangea en 1476 du côté de Charles le Téméraire et lui ouvrit son château. Après la victoire des Suisses à Grandson, le comte Rodolphe de Hochberg saisit la terre de son vassal et ne la rendit qu'en 1492. Jean Ulrich de Bonstetten, époux d'Anne de Neuchâtel-V., fut dès 1599 à la tête de la seigneurie, érigée en baronnie quatre ans plus tôt. Les descendants de David von Büren, allié Bonstetten, la dirigèrent de 1675 à 1831, époque où le fief fut racheté. Une cour de justice particulière y exerçait la justice civile et criminelle jusqu'en 1832, puis les affaires civiles furent jugées à la châtellenie de Gorgier et les criminelles à celle de Boudry. En 1812, V. passa de la paroisse de Concise à celle de Saint-Aubin. V. et Vernéaz fusionnèrent en 1888 pour former une seule commune, alors qu'une unique municipalité les administraient déjà en 1875. V. s'est essentiellement consacré aux activités agricoles et viticoles; les roseraies Hauser furent particulièrement renommées (1873-2009). Un camp de vacances des Unions chrétiennes de jeunes gens existe depuis 1915. Le château est devenu un centre dynamique (galerie d'art, business center, etc.). L'autoroute A5 (2002 et 2005) a remodelé le paysage de la commune.


Bibliographie
– F. Chabloz, La Béroche, 1867
MAH NE, 2, 443

Auteur(e): Germain Hausmann