No 1

Perronet, Jean-Rodolphe

naissance 8.10.1708 à Suresnes (Ile-de-France), décès 27.2.1794 à Paris, de Château-d'Œx. Fils de David, Garde suisse, puis marchand de vins (abjure le protestantisme en 1709), et de Marie Travers. ∞ 1744 Antoinette Besson, de Paris. Formation chez Jean de Beausire, architecte de la ville de Paris dès 1725. P. entra en 1745 au corps des ponts et chaussées, fut inspecteur, puis ingénieur en chef dans la généralité d'Alençon. Nommé directeur de ce qui deviendra l'Ecole des ponts et chaussées et premier ingénieur des ponts et chaussées en 1747, il construisit plusieurs routes du royaume, des canaux et surtout des ponts (dont celui de la Concorde à Paris) et fit lever des cartes. Membre de nombreuses académies européennes, anobli par le roi de France en 1763.


Oeuvres
– M. Yvon, éd., Construire des ponts au XVIIIe s., 1982
Bibliographie
– M. Guillot, «Un destin helvétique», in Les gardes suisses et leurs familles aux XVIIe et XVIIIe s. en région parisienne, 1989, 108-116
– A. Picon, L'invention de l'ingénieur moderne, 1992
– C. Vacant, Jean-Rodolphe Perronet (1708-1794), 2006
– E. Sottiau, Les réseaux de relations d'un homme de science au siècle des Lumières, master Marne-la-Vallée, 2007

Auteur(e): Paul Bissegger