• <b>Jules Gaudard</b><br>Vue perspective, plan, coupe et profil longitudinal de la <I>Seebrücke</I> à Lucerne, pont bâti en 1869-1870 par les ingénieurs associés  Gaudard & Cuénod,  Lausanne, planche gravée par  E. Pérot  illustrant la présentation du projet dans les <I>Annales des Ponts et Chaussées</I>, Paris 1873 (Bibliothèque nationale suisse). La difficulté technique de cet ouvrage de 145 m de longueur, construit presque à fleur d'eau, résidait dans la faible hauteur statique disponible. Avec six appuis intermédiaires, les ingénieurs réussirent à réduire l'épaisseur du tablier à 1 m.

No 5

Gaudard, Jules

naissance 10.4.1833 à Arzier, décès 21.2.1917 à Lausanne, prot., de Lausanne, Echallens et Bioley-Orjulaz. Fils de Jacques-Louis-Samuel, pasteur, et de Louise-Catherine Dautun. Neveu de Victor ( -> 7). Célibataire. Etudes de sciences à Lausanne (collège Galliard et académie), puis à l'Ecole centrale des arts et manufactures de Paris (1852-1855). Ingénieur civil. Constructeur des lignes ferroviaires Yverdon-Vaumarcus et Lausanne-Villeneuve (1855-1861), ingénieur des chemins de fer en Espagne (1861-1865). Spécialiste des ouvrages d'art métalliques, G. réalise le pont sur la Thielle à Yverdon, le viaduc de la Paudèze et les ponts ferroviaires sur le Rhône à Saint-Maurice. Il est professeur de construction, topographie et géodésie à l'école spéciale (dès 1865), devenue faculté technique de l'académie (dès 1869), puis école d'ingénieurs de l'université de Lausanne (1891-1901). Auteur de nombreuses études techniques sur la résistance des matériaux, G. a aussi publié des ouvrages de philosophie religieuse.

<b>Jules Gaudard</b><br>Vue perspective, plan, coupe et profil longitudinal de la <I>Seebrücke</I> à Lucerne, pont bâti en 1869-1870 par les ingénieurs associés  Gaudard & Cuénod,  Lausanne, planche gravée par  E. Pérot  illustrant la présentation du projet dans les <I>Annales des Ponts et Chaussées</I>, Paris 1873 (Bibliothèque nationale suisse).<BR/>La difficulté technique de cet ouvrage de 145 m de longueur, construit presque à fleur d'eau, résidait dans la faible hauteur statique disponible. Avec six appuis intermédiaires, les ingénieurs réussirent à réduire l'épaisseur du tablier à 1 m.<BR/>
Vue perspective, plan, coupe et profil longitudinal de la Seebrücke à Lucerne, pont bâti en 1869-1870 par les ingénieurs associés Gaudard & Cuénod, Lausanne, planche gravée par E. Pérot illustrant la présentation du projet dans les Annales des Ponts et Chaussées, Paris 1873 (Bibliothèque nationale suisse).
(...)


Bibliographie
INSA, 5, 254; 7, 87
Professeurs Lausanne, 474-475
– S. Malfroy, «Rêveries d'un fervent lecteur de l'INSA ou les aventures d'un pêcheur en eaux troubles», in A+A, 56, 2005, cah. 3, 32-36

Auteur(e): Paul Bissegger