• <b>Fritz Fischer</b><br>Photographie vers 1940 (ETH-Bibliothek Zürich, Bildarchiv).

No 24

Fischer, Fritz

naissance 9.2.1898 à Signau, décès 28.12.1947 à Zurich, prot., d'Oberdiessbach. Fils d'Ernst, associé d'une quincaillerie à Signau, et de Bertha Stettler, fille d'un meunier, d'Eggiwil. ∞ 1936 Maud Schätti, fille de Jakob, avocat. Gymnase municipal de Berne, études d'ingénieur en électricité à l'EPF de Zurich (1917-1921), assistant du professeur Karl Kuhlmann (1921-1924), doctorat (1924). Employé dans l'entreprise de téléphonie d'Albisrieden, F. perfectionna en 1924-1925 la bobine de charge, ou bobine Pupin, en améliorant ainsi la qualité de transmission de la voix. Ceci lui valut d'être appelé au laboratoire central de la maison mère Siemens & Halske à Berlin, où il inventa les premiers bateaux et avions téléguidés, un nouveau procédé d'enregistrement et de reproduction des films sonores et où il entreprit des recherches sur les principes physiques du film en couleurs. En 1933, F. quitta l'Allemagne. Titulaire de la chaire de physique technique nouvellement créée, il fut professeur ordinaire à l'EPF de Zurich jusqu'à sa mort. Cofondateur, en 1936, de l'entreprise Contraves, qui produisit son oionoskop (appareil électronique de calcul de la cible pour les canons de la DCA), et de la Gesellschaft zur Förderung der Forschung an der ETH visant à encourager la recherche à l'EPF. Dès 1939, F. développa le procédé éidophore pour les projections de télévision sur écran géant, qui ne fut définitivement mis au point qu'en 1959.

<b>Fritz Fischer</b><br>Photographie vers 1940 (ETH-Bibliothek Zürich, Bildarchiv).<BR/>
Photographie vers 1940 (ETH-Bibliothek Zürich, Bildarchiv).
(...)


Sources imprimées
– Fonds, ETH-BIB
Bibliographie
NDB, 5, 185-186
– H. Balmer, «Fritz Fischer», in Gesnerus, 35, 1978, 107-131
Beiträge der Schweiz zur Technik, 1991, 186-187

Auteur(e): Thomas Fuchs / FS