No 3

Vigier von Steinbrugg, Joseph Wilhelm Viktor

naissance 27.8.1823 à Soleure, décès 18.3.1886 à Soleure, cath., puis cath.-chr., de Soleure. Fils de Franz Josef Urs Viktor von V., membre du Petit Conseil, et d'Anna Maria von Gibelin. Frère d'Urs Viktor ( -> 5), beau-frère de Franz Tugginer. ∞ 1850 Johanna Baptista Josefa Emerentiana (Jeanette) Salzmann, nièce de l'évêque Josef Anton Salzmann. Ecole supérieure à Soleure, études de littérature, histoire et philosophie à Genève (1844), puis études de droit à Bonn, Zurich (1847), Berlin (1847-1848) et Heidelberg. Rédacteur au Solothurner Blatt (1850-1852), étude d'avocat à Soleure (1851-1856). Député au Grand Conseil soleurois (1854-1856), conseiller d'Etat (1856-1886), conseiller aux Etats (1856-1886; président 1862-1863, 1882-1883). Juge de district de Soleure-Lebern (1850-1853), juge fédéral (1858-1874; président en 1864 et 1873). V., qui avait renoncé à la particule en raison de ses convictions démocrates, prit la tête des radicaux (les "rouges") en sa qualité tant de cofondateur et rédacteur du Solothurner Landboten que de député au Grand Conseil; avec la révision constitutionnelle de 1856, il conduisit la réorganisation du canton dans la ligne du mouvement démocrate et, conseiller d'Etat et landamman, dirigea la politique cantonale pendant trente ans. Il s'occupa de l'éducation, de l'industrialisation et du développement du réseau ferroviaire tout en siégeant dans différents conseils d'administration. Au départ modéré dans le domaine de la politique ecclésiastique, V. participa à la destitution de l'évêque de Bâle Eugène Lachat (1873) en sa qualité de président de la conférence diocésaine (1863-1874), s'attirant ainsi la haine des conservateurs. Il siégea au conseil synodal de l'Eglise catholique-chrétienne de Suisse (1875-1879). Il se distingua au Conseil des Etats pour avoir arraché un compromis viable pour la révision de la Constitution fédérale en 1874 et comme membre de la commission du Gotthard. En 1864, 1866 et 1881, sa candidature fut proposée pour les élections au Conseil fédéral. V., dont la prédilection pour la peinture avait été éveillée par son maître de dessin Martin Disteli, inaugura en 1865 le monument de Winkelried à Stans en sa qualité de président de la Société cantonale des beaux-arts et de président central de la Société suisse des beaux-arts. Son drame patriotique Der Fall der alten Eidgenossenschaft anno 1798 fut représenté en 1884 au théâtre municipal de Soleure.


Fonds d'archives
– Fonds, ZBSO
Bibliographie
– H. Sommer, Die Demokratische Bewegung im Kanton Solothurn von 1856 bis 1872, 1945
– Gruner, L'Assemblée, 1, 434-435

Auteur(e): Thomas Wallner / VL