Jansénisme

Mouvement de réforme inspiré de la théologie rigoureuse de saint Augustin, le jansénisme (qui tire son nom de l'évêque Cornelius Jansen, dit Jansénius) combattait le catholicisme baroque et voulait une religion "raisonnable". Influent dans plusieurs pays catholiques, il ne joua qu'un rôle mineur dans la Suisse des Lumières, pour plusieurs raisons. Les cantons catholiques étaient dépourvus d'établissement d'instruction supérieure et d'une culture intellectuelle, les jésuites exerçaient une grande influence sur la formation du clergé, le peuple était attaché à la tradition et à la culture baroque, l'autonomie ecclésiastique était relativement poussée et l'on souhaitait se distinguer clairement du protestantisme. Quelques Suisses émigrés à Vienne - Johann Peter Simmen, Melchior Blarer, Kaspar Carl von Hohenbalken - marquèrent toutefois le jansénisme autrichien. D'autres, qui avaient étudié au Collegium helveticum pendant la courte période (1786-1790) où celui-ci avait été déplacé de Milan à Pavie, revinrent probablement au pays influencés par les idées de leurs professeurs jansénistes italiens.


Bibliographie
– P. Hersche, Der Spätjansenismus in Österreich, 1977
– P. Hersche, «Tracce del Tamburini nel mondo germanico», in Pietro Tamburini e il giansenismo lombardo, éd. P. Corsini, D. Montanari, 1993, 205-225
– S. Maruti, «Fra teologia politica e spirito rivoluzionario: giansenismo lombardo e clero ticinese», in Pagine storiche luganesi, 10, 1999, 145-172
RGG, 4, 2001, 369-372

Auteur(e): Peter Hersche / ME