11/08/2005 | communication | PDF | imprimer

Corpus catholicum

Conformément aux articles d' Ilanz de 1524 et 1526, le système de l'Itio in partes se développa dans les III Ligues grisonnes. Les sujets confessionnels à l'ordre du jour de la Diète et des diétines étaient traités séparément par les députés des deux confessions, réunis soit dans le Corpus catholicum (sous la présidence du magistrat catholique le plus élevé) soit dans le Corpus evangelicum. Les deux commissions furent des organismes permanents dès 1623. Elles cessèrent d'exister entre 1798 et 1803. Bien que réintroduits de facto en 1803, le Corpus catholicum et le Corpus evangelicum (appelé aussi Session évangélique) ne furent inscrits qu'en 1854 dans la Constitution cantonale. Celles de 1880 et de 1892 ne mentionnent plus l'Itio in partes; le canton retirait leur mandat politique aux deux groupes confessionnels, qui continuèrent cependant à traiter leurs affaires internes. Depuis 1959, le Corpus catholicum, autorité ecclésiastique suprême des catholiques du canton des Grisons, se compose des membres catholiques (depuis 1984 des seuls volontaires) du Grand Conseil et du gouvernement, de deux délégués épiscopaux et de soixante délégués des paroisses. Il se réunit en principe une fois l'an. La fonction exécutive est exercée par la commission administrative, constituée du président et de trois membres du Corpus catholicum, ainsi que d'un représentant de l'ordinaire diocésain.


Bibliographie
– H. Furger, Das bündnerische Corpus catholicum, 1914
HbGR, 3, 233

Auteur(e): Adolf Collenberg / WW