11/08/2005 | communication | PDF | imprimer | 

Corpus evangelicum

Les articles d' Ilanz de 1524 et 1526 servirent de base à l'ordre ecclésiastique des III Ligues grisonnes. La vie des pasteurs et leur respect de la doctrine étaient réglés par le synode évangélique grison, institué en 1537. Sa première réunion formelle semble avoir eu lieu en 1547. Les affaires confessionnelles qui outrepassaient les compétences du synode étaient traitées et réglées à la Diète et aux diétines par les membres de chaque confession, réunis soit dans le Corpus evangelicum soit dans le Corpus catholicum. Ce système appelé Itio in partes fut établi après les troubles des Grisons. Le Corpus evangelicum, ou Session évangélique selon sa propre dénomination, et le Corpus catholicum ne devinrent toutefois des institutions permanentes qu'à partir de 1623. La Session évangélique désignait un député de chaque ligue au synode. L'ordonnance ecclésiastique instituée pendant la République helvétique fut sans lendemain. Bien que rétablis en 1803, le Corpus evangelicum et le Corpus catholicum ne furent reconnus par la Constitution qu'en 1854. Leur statut étatique fut toutefois supprimé par la constitution cantonale de 1880. Les deux institutions continuèrent cependant de fonctionner. L'ordonnance ecclésiastique de 1979 a institué un Grand Conseil évangélique (formé des membres protestants du Grand Conseil protestants et des soixante délégués des dix colloques) comme pouvoir législatif et un Conseil ecclésiastique (exécutif) auquel il délègue quatre de ses membres.


Bibliographie
– W. Graf, «Die Ordnung der Evangelischen Kirche in Graubünden von der Reformation bis 1980», in JHGG, 112, 1982, 7-93
Bündner Kirchengeschichte, 2, 1986; 4, 1987
HbGR, 2, 218; 3, 232

Auteur(e): Adolf Collenberg / WW