Paysans-ouvriers

Consultez cet article sur le nouveau site web du DHS (version bȇta)

L'expression désigne des petits paysans qui exploitaient à titre accessoire un domaine agricole avec l'aide indispensable de leur famille, mais dont le revenu principal provenait du travail en usine. Ils étaient difficiles à distinguer, dans la paysannerie, de ceux qui avaient une activité non agricole accessoire. Dans la Suisse proto-industrielle, les entrepreneurs avaient employé beaucoup de Tauner qui travaillaient à domicile. Au XIXe s., les fabriques occupaient un peu partout des paysans-ouvriers, certains devant parfois s'y rendre de fort loin; en Suisse alémanique, ils étaient appelés Rucksackbauern, puisqu'ils se déplaçaient avec leur sac à dos. Le déclin du travail à domicile au profit des emplois en usine et la dissolution de la famille patriarcale firent diminuer rapidement le nombre des paysans-ouvriers dans la première moitié du XXe s. Après 1945, on n'en trouvait plus guère qu'en Valais.


Bibliographie
– R. Rubattel, Contribution à l'étude des ouvriers-paysans en Suisse, 1959

Auteur(e): Werner Baumann / PM