No 4

Girod, Paul

naissance 17.4.1878 à Fribourg, décès 6.12.1951 à Cannes, cath., de Romont (FR), Français dès 1910. Fils d'Ernest, avocat, et d'Antonie von Bœckh. Frère de Charles ( -> 2). ∞ Clara Bachmann. Collège Saint-Michel à Fribourg, études de chimie à l'école technique de Winterthour. G. entame sa carrière en 1898 à la faïencerie d'Albertville (Savoie) en inventant un procédé électrométallurgique de fabrication du vanadium (métal), qui améliore les propriétés mécaniques de l'acier. Il fonde en 1903 la Société anonyme électrométallurgique procédés Paul Girod à Courtepin, dont le déplacement à Ugine (Savoie) est financé par Alfred Borel (1904). L'architecte Maurice Braillard y construira pour lui une usine et une cité d'entreprise. En 1909, il crée la Compagnie des forges et aciéries électriques Paul Girod. Il quitte Ugine en 1922, fonde les Aciéries Cogne-Girod dans le val d'Aoste (1923), contribue à la construction des aciéries lorraines (1928-1932). G. dépose un brevet pour la déphosphoration en 1938, année où il se retire des affaires. Maire de La Forclaz (Haute-Savoie) de 1929 à 1940. Promoteur d'œuvres sociales (cités ouvrières, allocations familiales, hôpitaux). Chevalier (1920), puis officier de la Légion d'honneur (1927).


Fonds d'archives
– Fonds, Arch. départementales de la Savoie, Chambéry
Bibliographie
– O. Söderström, éd., L'industriel, l'architecte et le phalanstère, 1997

Auteur(e): Marianne Rolle