Fregiécourt

Ancienne commune JU, district de Porrentruy, ayant fusionné en 2009 avec Asuel, Charmoille, Miécourt et Pleujouse pour former la commune de La Baroche. 1136 Frigiscurth. 237 hab. en 1818, 350 en 1850, 240 en 1900, 190 en 1950, 133 en 2000. Vestige d'un dolmen néolithique; probable nécropole mérovingienne. Au Moyen Age, F. partagea le sort de l'avouerie d'Ajoie, intégrée à l'évêché de Bâle à la fin du XIIIe s. Partie de la mairie d'Alle dès le XVI e s., puis des départements français du Mont-Terrible (1793-1800) et du Haut-Rhin (1800-1814), F. fut incorporé au bailliage puis district bernois de Porrentruy de 1815 à 1978. L'abbaye de Lucelle et l'évêque de Bâle se disputèrent l'héritage de la maison d'Asuel après son extinction (fin du XVe s.) et se partagèrent la dîme de F. en 1482. Une chapelle (vocable saints Imier et Hubert), mentionnée en 1379, fut reconstruite en 1612. Le village faisait partie de la paroisse de Charmoille, dite aussi de la Baroche, dont il fut détaché en 1611 avec Miécourt. En 1802 toutefois, F. réintégra la paroisse de Charmoille. En 1836, F. adopta le régime de commune mixte. Village essentiellement agricole; cerisiers et damassiniers (pruniers).


Bibliographie
– L. Vautrey, Notices hist. sur les villes et les villages du Jura bernois, 2, 1863, 29-38 (réimpr. 1979)

Auteur(e): Dominique Prongué