• <b>Fraubrunnen (commune)</b><br>L'attaque du couvent par les Bernois en décembre 1375, imaginée en 1485 dans une illustration pour la <I>Spiezer Chronik </I> de  Diebold Schilling (Bibliothèque de la Bourgeoisie de Berne, Mss.h.h.I.16, p. 408.) Les Gugler, mercenaires français et anglais qui avaient envahi le Plateau suisse en 1375, se sont retranchés dans le couvent. Reconnaissables à leurs casques en forme de capuchon, ils sont battus par les troupes bernoises, venues en renfort des habitants du lieu. Les Bernois mirent le feu au couvent qui subit de gros dégâts.

Fraubrunnen (commune)

Commune BE, district de Fraubrunnen, arrondissement administratif de Berne-Mittelland, comprenant le village homonyme dans la vallée de l'Urtenen et les hameaux de Binel, Bischof, Unterberg et Tubenmoos, ainsi que, depuis 2014, Büren zum Hof, Etzelkofen, Grafenried, Limpach, Mülchi, Schalunen et Zauggenried. 1267 Frouwenbrunnen. 229 hab. en 1764, 525 en 1850, 456 en 1900, 638 en 1950, 634 en 1960, 1493 en 1990, 1607 en 2000. Tumuli hallstattiens dans les forêts de Rüdtligen et de Binel. Un couvent de cisterciennes (fondé au milieu du XIIIe s. et sécularisé en 1528), ainsi que son domaine, se trouvaient à F., qui comptait aussi des tenures paysannes soumises à l'assolement triennal et divers artisans (moulin, forge, taverne). Le village était autorisé à exploiter, avec les communes voisines, les forêts du couvent (devenues propriété de l'Etat en 1528). Au spirituel, il fut rattaché à la paroisse de Grafenried en 1535. Chef-lieu de bailliage (1528-1798), il abritait des greniers à sel et à grains, un moulin, une clouterie et deux auberges. Une grande partie de la commune était marécageuse et ne devint cultivable qu'après drainage (1848-1849, 1918-1919). A la culture des céréales s'ajouta au XIXe s. celle de la pomme de terre, l'élevage et la production laitière (fromagerie en 1881, coopérative agricole en 1897). La Caisse d'épargne du district ouverte en 1837 fut reprise en 1992 par la Caisse d'épargne et de crédit de Berne. L'école secondaire régionale (1860) desservait huit communes. Située autrefois sur un axe important (route Berne-Soleure), F. est maintenant à l'écart des grandes voies de communication. La ligne ferroviaire Soleure-Zollikofen-Berne (1916-1924) prit de l'importance pour le trafic des navetteurs dès 1960. On a construit de nouveaux quartiers (Tafelenfeld, Höhe, Moos), des immeubles modernes au centre, des écoles équipées d'installations sportives (dès 1983). L'administration du district, les petites entreprises et quelques exploitations industrielles (fabrique de meubles, minoterie) fournissent l'essentiel des emplois. F. fut le théâtre de deux batailles: en 1375, les Bernois vainquirent les Gugler au Tafelenfeld et les chassèrent du couvent; en 1798, les Français enfoncèrent les défenses bernoises à la Bischofhöhe (plaques commémoratives au Tafelenfeld).

<b>Fraubrunnen (commune)</b><br>L'attaque du couvent par les Bernois en décembre 1375, imaginée en 1485 dans une illustration pour la <I>Spiezer Chronik </I> de  Diebold Schilling (Bibliothèque de la Bourgeoisie de Berne, Mss.h.h.I.16, p. 408.)<BR/>Les Gugler, mercenaires français et anglais qui avaient envahi le Plateau suisse en 1375, se sont retranchés dans le couvent. Reconnaissables à leurs casques en forme de capuchon, ils sont battus par les troupes bernoises, venues en renfort des habitants du lieu. Les Bernois mirent le feu au couvent qui subit de gros dégâts.<BR/>
L'attaque du couvent par les Bernois en décembre 1375, imaginée en 1485 dans une illustration pour la Spiezer Chronik de Diebold Schilling (Bibliothèque de la Bourgeoisie de Berne, Mss.h.h.I.16, p. 408.)
(...)


Bibliographie
Das Amt Fraubrunnen, 1925
Chronik des Amtes Fraubrunnen, 1954-
– E.W. Eggimann, 100 Jahre Landi, [1996]
– P. Studer, 100 Jahre Elektra Fraubrunnen, [2003]

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / PL