Courchavon

Comm. JU, distr. de Porrentruy, sur la rive gauche de l'Allaine, comprenant C. et le hameau de Mormont. 1279 Corchavon. 225 hab. en 1770, 239 en 1818, 306 en 1850, 457 en 1870, 311 en 1900, 278 en 1910, 321 en 1950, 269 en 1980, 293 en 2000. Ossements de mammouths et deux silex, probablement moustériens. Vestiges du château fort de Châtelvouhay (XIIIe s.), résidence des avoués d'Ajoie aux XIIIe-XIVe s. Au XIVe s., la famille de Châtelvouhay détenait en fief de l'évêque de Bâle C. et Mormont. C. fit partie de la grande mairie de Courtedoux dans l'évêché de Bâle, des départements français du Mont-Terrible et du Haut-Rhin (1793-1814), du bailliage puis district bernois de Porrentruy (1815-1978). En 1836, C. adopta le statut de commune mixte. C. releva de la paroisse de Porrentruy jusqu'en 1618 (diocèse de Besançon jusqu'en 1779, puis de Bâle). De l'ancienne paroissiale démolie au XIXe s. subsiste un clocher postgothique (1628); l'église actuelle Saint-Jean-l'Evangéliste (1844-1845) conserve la statue d'une Vierge à l'Enfant du XIIIe s. Chapelle à Mormont (1975-1976). L'arrivée du chemin de fer en 1872 (ligne Berne-Paris, actuellement Porrentruy-Boncourt) favorisa un début d'industrialisation (horlogerie). Remaniement parcellaire en 1956. Usine d'épuration des eaux (C. est membre du syndicat des eaux de la Basse-Allaine). Nombreux navetteurs vers Porrentruy.


Bibliographie
– L. Vautrey Notices hist. sur les villes et les villages du Jura bernois, 1, 1863, 159-171 (réimpr. 1979)
– W. Meyer, Burgen von A bis Z, 1981

Auteur(e): Dominique Prongué