29/05/2012 | communication | PDF | imprimer

Saint-Brais

Comm. JU, distr. des Franches-Montagnes, s'étendant du plateau franc-montagnard aux rives du Doubs et comprenant plusieurs hameaux et fermes isolées. Village situé sur la route de Glovelier à Saignelégier. 1275 Sem Bris, ancien nom all. Sankt Brix. 307 hab. en 1818, 463 en 1850, 562 en 1870, 394 en 1900, 343 en 1950, 212 en 2000.

1 - Préhistoire

S. possède trois grottes situées à la jonction du plateau franc-montagnard et de l'extrémité occidentale de la vallée de Delémont (entre 950 et 1000 m d'altitude). De 1935 aux années 1960, elles furent explorées par Frédéric-Edouard Koby. Il y fit diverses découvertes qui rendirent les lieux célèbres. En 1955, une incisive supérieure gauche d'un homme du Moustérien faisait de la grotte II le premier site suisse à livrer un reste humain néandertalien (vers 40 000 à 35 000 av. J.-C.). Cette dent était accompagnée d'une abondante faune pléistocène, notamment des ours des cavernes. La grotte I a livré quelques silex taillés et outils en os attribués d'une part à la fin de l'époque glaciaire (vers 10 000 av. J.-C.), d'autre part au Néolithique. Les trois grottes ont fourni un important ensemble de céramiques de la fin de l'âge du Bronze moyen et du début du Bronze final (1450-1200 av. J.-C.). En l'absence d'observations stratigraphiques plus fines, on ignore si plusieurs groupes humains se succédèrent par hasard en ces lieux ou si ces derniers servaient régulièrement d'abris lors d'expéditions en montagne d'une population établie dans la vallée de Delémont.

Auteur(e): François Schifferdecker

2 - Commune

S. est cité en 1275 comme dépendance du village de Planey, mentionné en 1139 parmi les possessions du chapitre de Saint-Ursanne. Planey, qui aurait été brûlé en 1637 par des soldats français, était situé à l'est du village actuel, lequel s'est développé autour de l'église paroissiale Saint-Brice, reconstruite en 1656 et 1765 et rénovée en 1965, avec un clocher-porche en pierre de taille. La paroisse comprend Montfavergier. S. fit partie de la prévôté de Saint-Ursanne (évêché de Bâle) et, sous le régime français (1793-1813), des départements du Mont-Terrible puis du Haut-Rhin, avant d'être rattaché au canton de Berne de 1815 à 1978. Depuis le milieu du XIXe s., S. est une commune mixte avec deux sections (S. et Les Métairies). Devenu réserve naturelle, l'étang de Bollement fournissait autrefois la force hydraulique à un moulin et une scierie. S. est resté agricole (73% des emplois en 2005). Deux éoliennes, les premières du canton, ont été installées à S. en 2009.

Auteur(e): François Kohler

Références bibliographiques

Bibliographie
– F. Chèvre, Hist. de St-Ursanne, du chapitre, de la ville et de la prévôté de ce nom, 1887, 849-861 (réimpr. 1981)
– F.-E. Koby, «Une nouvelle station préhist. (paléolithique, néolithique, âge du bronze): les cavernes de St-Brais (Jura bernois)», in Verhandlungen der Naturforschenden Gesellschaft in Basel, 49, 1937-1938, 138-196
– F.-E. Koby, «Une incisive néandertalienne trouvée en Suisse», in Verhandlungen der Naturforschenden Gesellschaft in Basel, 67, 1956, 1-15
– G. Jeanbourquin, Un village disparu: Planey: glanures hist.; et, Notices sur Saint-Braix, 1987
– N. Pousaz et al., Sites protohist. à Courfaivre et âge du Bronze dans le Jura (Suisse), 1994, 101-185