Bois, Les

Comm. JU, distr. des Franches-Montagnes, la plus grande du canton (24,7 km2), comprenant B. et neuf hameaux. 1484 Des Boix. 1060 hab. en 1818, 1339 en 1850, 1697 en 1870, 1456 en 1900, 1064 en 1950, 917 en 1980, 1029 en 2000. Selon la tradition, l'un des premiers colons, Jean Ruedin, aurait laissé son nom à la localité (Les B. Jean Ruedin du XVIe s. au XVIIIe s.). B. fit partie de la seigneurie des Franches-Montagnes jusqu'en 1792, des départements français du Mont-Terrible puis du Haut-Rhin jusqu'en 1814, du bailliage puis district bernois des Franches-Montagnes de 1815 à 1978. La dispersion de l'habitat a favorisé la création de sections ayant une autonomie administrative. Avec le développement industriel, la commune passa de dix à deux sections au XIXe s.: la municipalité et Le Cerneux-Godat qui tenta sans succès de s'ériger en commune en 1815 et 1871. Jusqu'à la fondation de la paroisse en 1619, la communauté des B. dépendit de Montfaucon, puis du Noirmont (1596); les limites de la paroisse et celles de la commune se confondirent alors. L'église Sainte-Foy fut érigée en 1627 et reconstruite en 1832. La commune souffrit de la guerre de Trente Ans. En 1636, construction du cimetière des pestiférés. Le curé Jean Baulme fonda l'hospice des B. et légua en 1714 sa fortune aux malades et nécessiteux. Selon le recensement de 1770, 40% de la population était active dans le textile, 29% dans l'agriculture et 16% dans le travail du bois; 4%, soit treize ouvriers (record de la seigneurie) travaillaient dans l'horlogerie introduite à l'époque par le capitaine Girard et François Froidevaux, mais le véritable essor de cette industrie eut lieu au XIXe s. avec le remplacement des comptoirs à domicile par les ateliers. En 1990, 41% des habitants étaient actifs dans le secteur secondaire (primaire 29%, tertiaire 30%). Fort recul démographique depuis un siècle dû à l'émigration vers La Chaux-de-Fonds.


Bibliographie
– L. Vautrey, Notices hist. sur les villes et les villages du Jura bernois, 6, 1886 (réimpr. 1979)

Auteur(e): Claude Rebetez