Halle

Ville de Saxe-Anhalt, sur la Saale. Env. 239 000 hab. en 2006. Les relations de la Suisse avec H. s'instaurèrent aux XVIe et XVIIe s., lorsque Bâle accueillit des étudiants de cette ville. Dans le dernier quart du XVIIe s., des réformés suisses se fixèrent à H. Certains, dont Johann Ulrich Heyden, enseignèrent au gymnase protestant. Créée en 1694, l'université fut l'un des berceaux des Lumières et du courant piétiste. Parmi les 196 étudiants suisses qui s'y immatriculèrent jusqu'en 1806, figurent 59 Zurichois, 38 Schaffhousois, 23 Bernois, 20 Grisons, 12 Bâlois et 12 Saint-Gallois. Les juristes étaient les plus nombreux, suivis par les doctorants en médecine et les théologiens, attirés par le piétisme, puis par la néologie (courant théologique "éclairé") de Johann Salomo Semler. Après l'affaire Waser qui les discrédita, certains Zurichois quittèrent Göttingen pour H. dès 1782. L'exemple du piétiste August Hermann Francke et des écoles qu'il patronait toucha des personnes vouées à des actions de conversion, d'édification et de mission, tout en favorisant la création d'orphelinats (Schaffhouse, Thusis). Formé à H., Johann Peter Nesemann dirigea avec Ulysses von Salis le Philanthropin de Marschlins. Les juristes Christian Thomasius, Samuel Stryk et Justus Henning Böhmer, pionniers des Lumières, exercèrent une influence significative, surpassée cependant par celle de Christian Wolff, dont la doctrine eut une audience très large, interconfessionnelle. Au cours des XIXe et XXe s., des contacts subsistèrent entre la Suisse et l'université de H., où enseignèrent notamment Emil Abderhalden (physiologie et chimie physiologique) et Eugen Huber (droit commercial et public). Ces relations n'eurent plus cependant la même intensité qu'avant 1800.


Bibliographie
– K. Weiske, «A.H. Francke und die Schweiz», in RHES, 45, 1927, 88-116
– W. Kaiser, W. Piechocki, «Schweizer Medizinstudenten und Ärzte des 18. Jh. als Absolventen der Medizinischen Fakultät Halle», in Gesnerus, 26, 1969, 189-212
– F. Richner, «Zürcher Studenten in Halle», in ZTb 1990, 1989, 79-102

Auteur(e): Hanspeter Marti / DVU