No 10

Neuchâtel, Louis de

naissance 2.3.1305, décès 10.6.1373. Fils de Rodolphe IV ( -> 12). ∞ 1) 1325 Jeanne de Montfaucon (décès1336), fille de Jean II, 2) 1339 Catherine de Neuchâtel-Blamont (décès av. 1368), fille de Théobald, 3) 1369 Marguerite de Duin, veuve d'Aymon de La Sarraz, fille d'Hugonin, seigneur de Vufflens. Louis reçoit les châteaux de Champvent et de N. de son père en 1325 déjà. Dès cette date, il mène d'incessants combats contre les Montfaucon, à propos de ses biens en Franche-Comté et réussira à maintenir son emprise sur Morteau. Comte de N. dès 1343, il acquiert la seigneurie de Gorgier en 1344. Il organise l'administration financière du comté, sans doute à l'imitation des Savoie. Pour consolider son pouvoir, il concède des franchises à Boudry (1343) et au Landeron (1349, 1353). Homme de guerre, il s'engage au côté du roi de France au début de la guerre de Cent Ans et, avec son fils Jean, au service du seigneur de Milan Jean Visconti (1350-1351), ce qui eut des effets désastreux sur les finances neuchâteloises. Louis doit céder des droits à des communautés de son comté, origine de plusieurs patrimoines communaux, notamment pour payer la rançon de Jean, qui meurt en captivité (1369). En 1372, il fait ériger le monument des comtes de la collégiale de N. Sans héritier mâle légitime, il institue ses filles Varenne (Vérène) et Isabelle ( -> 8) cohéritières du comté, mais c'est cette dernière qui s'imposera.


Bibliographie
Hist.NE, 1, 286-294
Biogr.NE, 1, 193-195

Auteur(e): Germain Hausmann