29/05/2012 | communication | PDF | imprimer

Russin

Comm. GE, sur la rive droite du Rhône, comprenant les hameaux de Verbois, La Chaumaz et Les Baillets. Vers 1100 Russino et Rucins, 1217 Russins. 40 feux en 1412, 30 en 1518, 283 hab. en 1850, 280 en 1900, 313 en 1950, 392 en 2000. Vestiges d'une villa datant des Ier-IIe s. environ et de tombes témoignant de l'occupation burgonde. Vers 1100, l'église Saint-Laurent fut donnée au prieuré Saint-Victor de Genève, qui y installa un prieuré. Attesté en 1217, ce dernier disparut au cours du XIVe s. Le territoire de R. était partagé entre Saint-Victor, l'évêque de Genève, avec les seigneurs de Malval pour feudataires, ainsi que les seigneurs de Gex et leurs vassaux (les La Corbière, Châteauvieux, Grésy, Livron). Cette situation entraîna des conflits à la fois politiques et religieux au lendemain de la Réforme, entre la République de Genève, héritière des droits de l'évêque et du prieuré Saint-Victor, et les seigneurs du Pays de Gex, Berne en 1536, le duc de Savoie en 1564, puis le roi de France en 1601. R. fut cédé à Genève par le traité de Paris de 1749. La commune fut créée en 1798 sous le régime français (un maire et deux adjoints). Paroisse catholique jusqu'en 1536, R. devint protestante à la Réforme, puis à nouveau catholique en 1685 après la Révocation de l'édit de Nantes, enfin biconfessionnelle en 1749. Depuis le début du XXIe s., R. dépend, avec Dardagny et Satigny, de la paroisse protestante du Mandement et de la paroisse catholique de la Plaine. R. connut un début d'activité industrielle dès la fin du XIXe s., avec l'exploitation des carrières du Rhône, puis avec la création du barrage hydroélectrique de Verbois. Au début du XXIe s., le 97% du territoire de la commune est une zone agricole et boisée, dont les activités sont l'agriculture, la viticulture et l'arboriculture. En 2005, le secteur primaire offre 34% des emplois et le secondaire 46%.


Bibliographie
– A. Brulhart, E. Deuber-Pauli, Ville et canton de Genève, 1985, 371-374
HS, III/2, 331-333

Auteur(e): Sandra Coram-Mekkey