05/01/2010 | communication | PDF | imprimer

Meinier

Comm. GE, rive gauche, à la Savoie jusqu'en 1816. Avec les hameaux de M., Carre d'Amont, Carre d'Aval (Le Carre), Compois, Essert et Corsinge. 1153 de maniaco, vers 1344 Meignier. 26 feux en 1412, 35 en 1443, 35 en 1481, 40 en 1518, 503 hab. en 1816, 479 en 1900, 497 en 1950, 1288 en 1970, 1696 en 2000. Au Moyen Age, plusieurs châteaux sont élevés dans cette zone en grande partie marécageuse. En 1256, Gérold de Compey qui appartient à une famille vassale du comte de Savoie donne le château de Compois à son neveu Pierre. Au début du XIVe s., celui de Corsinge est construit par des vassaux des comtes de Genève. C'est à cette même époque que le château de Roillebot est édifié par le chevalier Humbert de Cholay, mandataire des sires de Faucigny. L'église Saints-Pierre-et-Paul est aménagée durant le haut Moyen Age sur un terrain portant des traces d'occupation remontant au 1er s. av. J.-C. Au XIIe s., elle est mentionnée dans les possessions du monastère de Saint-Jean-hors-les-Murs de Genève. En 1536, la religion réformée est instaurée à M., lorsque Berne annexe le bailliage de Thonon (1536-1567). Le catholicisme est rétabli au début du XVIIe s. En 1816, la commune de M. est constituée sur la base du territoire de l'ancienne paroisse. Au début du XXe s., les marais de la commune sont asséchés et la première cave viticole du canton voit le jour à la Pallanterie. M. reste aujourd'hui encore une commune à vocation rurale; on y cultive des céréales, des arbres fruitiers et de la vigne. A partir de 1950, la population augmente avec l'aménagement de quartiers de villas et la construction d'immeubles au centre du village.


Bibliographie
– L. Blondel, Châteaux de l'ancien diocèse de Genève, 1956
– P. Bertrand, Hist. du territoire de Meinier, 1957
– P. Monnoyeur et al., Eglise Saints-Pierre-et-Paul, Maison de la Tour, Meinier (GE), 1990

Auteur(e): Jean Terrier