18/03/2008 | communication | PDF | imprimer

Gy

Comm. GE, rive gauche du Léman et rive droite de la Seymaz, à la frontière avec la France (Haute-Savoie). 1227 Gyez, 1289 Giez. 189 hab. en 1860, 215 en 1900, 141 en 1950, 370 en 2000. Le domaine de G., qui remonte peut-être à une villa gallo-romaine, faisait partie, dès avant 1227, des terres du prieuré de Saint-Victor de Genève. A la Réforme, Berne s'empare des droits du prieuré et se voit attribuer en 1544, par le départ de Bâle, les droits de haute justice. Le traité de Turin de 1754 accorde à Genève la plénitude des droits sur le mandement de Jussy dont G. fait partie. En 1798, Jussy devient commune genevoise, y compris le hameau de G., jusqu'à la création, le 9 novembre 1850, de la commune de G. Le premier temple réformé de la campagne genevoise a été édifié à G. (1609-1611). Essentiellement rurale, la commune compte en 2000 une dizaine d'exploitations (culture, élevage, viticulture). Menuiserie, ébénisterie. Réserve naturelle de 24 ha aux Prés de Villette.


Bibliographie
Régeste genevois, 1866, nos 625, 1278 et 1527
Etude alvéolaire Arve-Lac-Est, 1974
– J.-C. Mayor, Gy et ses Gytans à travers les siècles, 1982
HS, III/2, 244-246

Auteur(e): Catherine Santschi