22/08/2005 | communication | PDF | imprimer | 

Dardagny (commune)

Comm. GE. Comprend D. (1093 Dardaniacum), La Plaine et des hameaux, dont Essertines et Malval. 250 hab. en 1413, 454 en 1797, 462 en 1850, 781 en 1900, 686 en 1950, 678 en 1980, 1284 en 2000. Site occupé au plus tard au Ier s. av. J.-C. (hache néolithique, vestiges gallo-romains allant de La Tène finale au IVe s. apr. J.-C.). L'occupation d'Essertines date du XIVe s. D. dépend dès le XIe s. de l'évêque de Genève (mandement de Peney). Enclavé dans des terres ayant successivement relevé des comtes de Genève, de ceux de Savoie, des Bernois, à nouveau des Savoie et enfin des rois de France, D. n'a pas eu de liaison directe avec Genève avant 1798. Deux seigneuries ont juridiction sur D. (1298); elles sont réunies en 1648 par le seigneur de Châteauvieux et Confignon, vassal de la République de Genève. Une communauté rurale existe en 1321, qui gère déjà ses biens communaux. Création de la commune politique en 1798, son territoire recouvrant celui de la seigneurie de Châteauvieux. Paroisse citée en 1093, avec église Saint-Pierre à D., le droit de présentation appartenant au prieuré de Saint-Victor. La paroisse réformée de D.-Malval-Russin est créée en 1544 et le nouveau temple achevé en 1723. L'augmentation de la population catholique, surtout ouvrière, après 1850 (54,4% de catholiques et 44,7% de protestants en 1880) amène la fondation de la paroisse de D.-Russin (1889), avec église à La Plaine (vocables saints Pierre et Laurent).

On pratiquait à D. la polyculture (céréales, vigne, élevage) et des défrichements eurent encore lieu au XVIIIe s. Moulin à blé signalé en 1321; battoirs à papier en 1545, papeteries jusqu'en 1850. L'horlogerie s'installe au XVIIe s. pour disparaître au début du XIXe s., époque où l'élevage se développe (la fruitière date de 1827), mais perd de son importance après 1950, lorsque D. se spécialise dans la viticulture (la surface plantée a doublé entre 1960 et 1990). Essor industriel à La Plaine après l'ouverture de la voie de chemin de fer Lyon-Genève (1858): industrie électrique et surtout chimique (Rhône-Poulenc 1860-1938 et Firmenich SA depuis 1938). Agricole et ouvrière jusqu'en 1960, la population de D. se tourne de plus en plus depuis lors vers le tertiaire, alors que la commune a acquis, à partir de 1980, un caractère résidentiel marqué (env. trois quarts de navetteurs en 2000). Elle a reçu en 1978 le prix Wakker pour avoir su protéger le village de D. de manière "exemplaire".


Bibliographie
– J. Davier, Dardagny, commune genevoise (1818-1870), mém. lic. Genève, 1990
– B. Crettaz et al., La commune de Dardagny, 1991

Auteur(e): Jacques Davier