15/12/2009 | communication | PDF | imprimer | 

Marthalen

Comm. ZH, distr. Andelfingen. Village de maisons à colombages dans le vignoble zurichois, entre la Thur et le Rhin. La commune comprend également Ellikon am Rhein, les hameaux de Niedermarthalen et de Radhof. 858 Martella. 27 feux en 1464 (sans Ellikon), 862 hab. en 1649, 1012 en 1771, 1401 en 1850, 1164 en 1900, 1296 en 1920, 1215 en 1950, 1259 en 1980, 1803 en 2000.

Vestiges d'habitat de La Tène finale à Steinacker, ainsi que d'un établissement romain à Niederwil. En 858, Wolvene donna ses propriétés de M. et environs au couvent de Rheinau. Ce dernier en fit une seigneurie assez compacte et conserva une influence déterminante sur les intérêts du village jusqu'en 1754. Cette année-là, menés par l'entreprenant vice-bailli Hans Jacob Wipf, les habitants de M. achetèrent leur liberté pour 30 000 florins, démarche exceptionnelle pour l'époque. Après plusieurs changements, le bailliage, fief de Rheinau, revint dès 1408 à des patriciens schaffhousois. La haute juridiction releva d'abord du landgraviat de Thurgovie, puis du comté de Kybourg, qui remit M. en gage une première fois à Zurich en 1424 et la lui céda définitivement en 1452. La chapelle, dédiée à saint Gall et saint Antonin (1126), était une filiale de l'église Saint-Nicolas de Rheinau. Le chœur fut reconstruit en 1606, la nef agrandie en 1660, un nouveau lanterneau et des vitraux en verre coulé furent posés entre 1975 et 1977. Lors de la Réforme, la commune prit vigoureusement parti pour la nouvelle religion et accéda en 1525 au statut de paroisse.

Les ressources provenaient surtout des céréales et de la vigne (respectivement 1528 et 224 poses en 1771), mais également des prairies, grâce à un système d'irrigation maintenu après 1950. Au XVIIIe s., le paysan Hans Jacob Toggenburger lança un mouvement d'innovations agricoles. En contact avec la commission économique de la Société de physique de Zurich, il établit des statistiques et des rapports, expérimenta la culture du trèfle (1766) et fonda une société agricole régionale dont il fut président. La Société de fromagerie, créée en 1876, devint coopérative laitière; l'association communale de 1885 devint, elle, coopérative agricole. Le remaniement parcellaire de 1928 permit la création de deux domaines. En 1992, soixante exploitations disposaient d'une surface utile dépassant 730 ha, dont 330 ha en céréales, 135 en prairies, 85 en pommes de terre, 85 en betteraves sucrières, 50 en maïs et 2 en vignes. Zurich accorda à M. le droit de tenir marché en 1725, ce qui favorisa l'essor de l'artisanat (teintureries, tanneries, armureries, chaudronneries). Les premières industries furent une filature de crin de cheval (1843), une fabrique d'engrais chimiques (1860) et une fonderie de métaux légers (1920). Le train de la ligne Winterthour-Schaffhouse (Rheinfallbahn), ouverte en 1857, s'arrêtait à M. A partir des années 1960, l'exploitation de gravières s'intensifia dans la région de Niederwiesen. Quelques réalisations importantes sur le plan régional sont à retenir: la construction d'une école secondaire (1959), celle d'un home médicalisé pour personnes âgées à l'initiative de six communes (1987), et l'établissement de la centrale des produits agricoles de la Fédération des coopératives agricoles de Suisse orientale (1990).


Bibliographie
– H. Kläui, Aus der Geschichte der Gemeinde Marthalen, 1958
Die Kirche Marthalen, 1977
– P. Kamber, «Die Reformation auf der Zürcher Landschaft am Beispiel des Dorfes Marthalen», in Zugänge zur bäuerlichen Reformation, éd. P. Blickle, 1987, 85-125
– M. Lee, Marthalen, 1991
– R. Nägeli, Wie die Marthaler sich frei kauften, 2003

Auteur(e): Reinhard Nägeli / DVU