29/08/2005 | communication | PDF | imprimer

Cologny

L'édition imprimée de cet article comporte une image. Commandez le DHS chez notre éditeur.

Comm. GE, rive gauche du Léman, comprenant C. et plusieurs hameaux dont La Belotte et Ruth. 1208 Colognier. 541 hab. en 1850, 773 en 1900, 1339 en 1950, 3801 en 1990, 4697 en 2000. Stations palafittiques néolithiques à La Belotte. Bien que terre du chapitre de Saint-Pierre de Genève depuis 1208, le territoire de C. fut le théâtre de conflits de juridiction avec le comte de Genève; une convention fixa leurs droits respectifs en 1366. A la Réforme, ces terres revinrent à la Seigneurie de Genève. Au traité de mai 1538 entre Berne et Genève, C. est compris dans le territoire des Franchises. A la fin du XVIe et au début du XVIIe s., certains imprimeurs genevois utilisent le nom de C. (Colonia Allobrogum) comme lieu d'édition, afin de contourner l'interdiction de vendre leurs livres en France. Le traité de Turin (1754) régla les problèmes de juridiction sur les terres de Saint-Victor et du Chapitre entre Genève et le duc de Savoie. Ce dernier renonça à ses droits sur Ruth et La Belotte en faveur de Genève. Après l'annexion de Genève par la France en 1798, le Conseil municipal de C. se réunit la première fois le 9 décembre 1800. Le débarquement des contingents suisses en 1814 eut lieu au Port Noir, actuellement port de plaisance. La paroisse de C. (église Saint-Pierre) fut réunie à Vandœuvres en 1406, devint protestante en 1536, fut à nouveau indépendante en 1727; elle comprenait les Eaux-Vives, qui s'en détachèrent en 1831. Dans le passé essentiellement agricole, la commune comptait encore huit agriculteurs en 1965, deux en 1975. C. abrita dès le XVIIIe s. de belles maisons de campagne. Lord Byron et Percy Shelley y séjournèrent en 1816, le premier à la villa Diodati; Mary Shelley y écrivit son roman Frankenstein. Fondation Martin Bodmer (Bibliotheca Bodmeriana depuis 1951, Musée Bodmer, construit par Mario Botta, ouvert en 2003). La beauté du site attire de nombreuses célébrités et de gros contribuables; C. est l'une des plus riches communes du canton. L'orientation actuelle des autorités est de conserver à C. son caractère résidentiel.


Bibliographie
– P. Naville, Cologny, 1958

Auteur(e): Jacques Barrelet