No 1

Werner, Alfred

naissance 12.12.1866 à Mulhouse, décès 15.11.1919 à Zurich, cath., Français, de Zurich (1894). Fils de Johann Adam, ouvrier sidérurgiste et inspecteur des fabriques, et de Salomé Jeannette Tesché. ∞ 1894 Emma Giesker. Etudes de chimie à l'école professionnelle de Mulhouse (1878-1885) et à l'EPF de Zurich (1886-1889), diplôme (1889), travaux de recherche avec Arthur Hantzsch sur la stéréoisomérie de composés azotés (dans des oximes), doctorat à l'université de Zurich (1890), séjour d'études auprès de Marcelin Berthelot à Paris, habilitation en 1892 avec une thèse sur la théorie de l'affinité et la valence. W. publia en 1893 un ouvrage sur la constitution de liaisons inorganiques. Privat-docent à l'EPF de Zurich (1892-1893), professeur extrordinaire (1893) et ordinaire (1895-1919) de chimie organique (ainsi qu'inorganique, dès 1902) à l'université de Zurich. Lors de ses travaux sur la stéréoisomérie des complexes de cobalt et de chrome, W. réussit à séparer en deux enantiomères (ou antipodes optiques) un composé inorganique comprenant quatre atomes de cobalt, un central et trois autres dans le ligand; il prouva de cette manière que le phénomène d'isomérie optique n'était pas lié uniquement à des composés organiques, contrairement à l'opinion admise à l'époque (idée de force vitale ou vis vitalis). Il fonda ainsi la chimie de coordination et, dans un sens large, la chimie organométallique. Premier Suisse à recevoir le prix Nobel de chimie en 1913, W. fut la cheville ouvrière de la Société suisse de chimie (fondée en 1902) et de son organe Helvetica Chimica Acta (dès 1917).


Fonds d'archives
– Fonds, ZBZ
Bibliographie
Actes SHSN, 1920, 45-53 (avec liste des œuvres)
– G.B. Kauffman, Alfred Werner, 1966
– «Alfred Werner (1866-1919)», in Helvetica Chimica Acta, 50, 1967 (cah. spécial)
DSB, 14, 264-272

Auteur(e): Hans-Jürgen Hansen / AMC