No 1

Henle, Jacob

naissance 19.7.1809 à Fürth (Bavière), décès 13.5.1885 à Göttingen, isr., puis prot. (1821). Fils de Wilhelm, commerçant, et de Helena Sophia Diespeck. ∞ 1) 1846 Elise Egloff, 2) 1849 Marie Richter. Etudes de médecine à Heidelberg et Bonn, doctorat en médecine à Bonn (1832). Prosecteur du physiologiste Johannes Müller à Berlin (1834), privat-docent (1837). En 1840, dans son Von den Miasmen und Kontagien und von den miasmatisch-kontagiösen Krankheiten, H. supposait que les maladies infectieuses étaient dues à des germes invisibles. Appelé à Zurich comme professeur ordinaire d'anatomie et physiologie (1840), H. publia en 1841 la première édition de son traité d'anatomie (Allgemeine Anatomie), dans lequel la cellule est considérée comme fondement de l'histologie. Editeur de la Zeitschrift für rationelle Medicin (1844-1869) avec le clinicien Karl Pfeufer, H. fut appelé à Heidelberg (1844), puis à Göttingen (1852), où il fut professeur d'anatomie et physiologie. Excellant aussi bien dans l'enseignement que dans l'écriture et la recherche, H. fut le premier à décrire l'épithélium de la peau et des muqueuses, ainsi que l'endothélium des petites artères. Il a donné son nom, entre autres, à la gaine interne du follicule pileux et à la courbure du tube néphronique (dit "anse de Henle"). Auteur de travaux d'anatomie comparée et de pathologie. Son mariage avec la couturière Elise Egloff inspira Berthold Auerbach (Die Frau Professorin, 1847) et Gottfried Keller (personnage de Regine dans le Sinngedicht).


Bibliographie
– P. Rehberg, éd., Elise Egloff, 1937
NDB, 8, 531-532
– G. Gozzi, Jakob Henles Zürcher Jahre, 1840-1844, 1974
– G. Kübler, éd., Geprüfte Liebe, 1987
– G. Wagenitz, éd., Göttinger Biologen 1737-1945, 1988, 77-78

Auteur(e): Christoph Mörgeli / ME