15/09/2009 | communication | PDF | imprimer

Anières

Comm. GE, rive gauche, comprenant les hameaux de Bassy et de Chevrens. 1179 [Guillelmus] dasneres. 315 hab. en 1860, 508 en 1900, 374 en 1930, 491 en 1950, 2031 en 2000. Station néolithique (palafittes) d'A.-Bassy (civilisation Saône-Rhône, groupe de Lüscherz). Nécropole des IIIe-VIIe s. La famille d'A. (éteinte au début du XVe s.), vassale des Faucigny, possédait le fief et le château de Bassy. A. fit partie du bailliage savoyard du Chablais du XIVe s. à la Révolution, hormis l'occupation bernoise de 1536 à 1564/1567. Genève y conserva des droits hérités du prieuré de Saint-Victor et acheta après 1567 le fief de Bassy. A. fut rattaché aux départements du Mont-Blanc en 1793, du Léman en 1798. Réunies à Genève par le traité de Turin de 1816, A. et Corsier formèrent une commune du nouveau canton suisse. Des dissensions surgirent entre les deux villages au sujet des dépenses communes qui aboutirent en 1858 à la scission. Au Moyen Age, l'église paroissiale Notre-Dame relevait de Saint-Victor. Réformée par Berne, la région fut recatholicisée à la fin du XVIe s.; la paroisse fut rattachée à celle de Corsier et l'église démolie en 1835. La chapelle protestante date de 1890. La population s'est accrue depuis 1950 en raison de la proximité de Genève et A. connaît une forte concentration de villas au bord du lac. Par contre, le village et le haut de la commune sont peu touchés par le développement immobilier; la viticulture et les cultures maraîchères y prospèrent. De gros travaux d'équipement ont été réalisés grâce à l'apport fiscal des nouveaux habitants, qui s'intègrent toutefois peu dans la vie villageoise.


Bibliographie
Hist. d'Anières, 1958
– A. Bayer, L'hist. de la paroisse de Corsier-Anières, 1980 (21987)

Auteur(e): Fabia Christen