Noiraigue

Ancienne commune NE, district du Val-de-Travers, ayant fusionné en 2009 avec Les Bayards, Boveresse, Buttes, Couvet, Fleurier, Môtiers (NE), Saint-Sulpice (NE) et Travers pour former la commune de Val-de-Travers. Village riverain de la Noiraigue (noire eau) et de l'Areuse, hameaux (Rosières, Le Furcil, Vers chez Joly, Combe-Varin) et habitat dispersé entre le Val-de-Travers et la vallée des Ponts. 998 Nigra Aqua. 226 hab. en 1750, 260 en 1818, 241 en 1850, 954 en 1900, 661 en 1950, 466 en 2000. Hachette du Néolithique. Dans la seigneurie, puis la juridiction de Travers de 1413 à 1848; seigneurie particulière de 1682 à 1713. A trois reprises, du XVIIe au XIXe s., le hameau de Rosières a été constitué en seigneurie, dépendante toutefois de celle de Travers en matière administrative et judiciaire. Ancien fort, maintenant démoli, à la limite de la seigneurie locale et de la mairie de Rochefort sur le tracé primitif de la route de La Clusette. Chapelle dès le milieu du XVIIe s. Paroisse commune avec Travers jusqu'en 1879; temple dès 1894. Chapelle catholique dès 1889. Incendie du village en 1719. Important relais sur la route de France jusqu'en 1817, dès lors établie à l'écart de la localité. Gare du chemin de fer Franco-Suisse dès 1860. Nombreuses industries artisanales au fil de l'eau: moulins, scieries, huilerie, forges, laminoir. Deux douzaines de clouteries (XVIe s.-fin XIXe s.); hauts fourneaux (fin XVIIe s.); charbonnières au Creux du Van; horlogerie; dentelle aux fuseaux. Lors de la construction de la ligne ferroviaire, mise au jour de bancs de marne argileuse exploitée par trois fabriques de chaux et de ciment (1861-1934); les anciennes galeries de celle du Furcil ont été occupées de 1935 à 1989 par une culture de champignons de Paris. Fabrique de pâtes alimentaires (1936-1952); fabrique de skis (1937-1946). Usines hydroélectriques au Plan-de-l'Eau (1896) et au Furcil (1956). Domaine de Combe-Varin, propriété du naturaliste Edouard Desor, rendez-vous international de scientifiques de 1858 à 1882. Le secteur secondaire offrait 45% des emplois en 2005. La population active comprenait 72% de pendulaires en 2000.


Bibliographie
MAH NE, 3, 1968, 15-17

Auteur(e): Eric-André Klauser