Couvet

Ancienne commune NE, district du Val-de-Travers, ayant fusionné en 2009 avec Les Bayards, Boveresse, Buttes, Fleurier, Môtiers (NE), Noiraigue, Saint-Sulpice (NE) et Travers pour former la commune de Val-de-Travers. Outre le village, à la confluence de l'Areuse et du Sucre, le territoire communal comprenait le hameau de Plancemont et un habitat dispersé. 1300 Covés. 62 feux (300 hab. env.) au milieu du XIVe s., 97 feux (500 hab. env.) en 1554, 1004 hab. en 1750, 1463 en 1800, 1711 en 1850, 2430 en 1900, 2897 en 1950, 2919 en 1990, 2703 en 2000.

Grotte des Plaints (Moustérien, Paléolithique moyen, 50 000-40 000 av. J.-C.). Des bourgeois externes de Neuchâtel sont mentionnés dès le XIIIe s. Dans le ressort de la châtellenie du Vautravers jusqu'en 1848, C. fut membre de la corporation des Six Communes du Val-de-Travers dès le XIVe s. La commune prit corps au XVIe s.: accensement de pâturages communs (1522), du four banal (1523), de terres et de bois. Temple dès 1658. La paroisse protestante fut détachée de Môtiers en 1706. Paroisse (1873-1943) et chapelle (1876) de l'Eglise indépendante. Chapelle catholique (1943). C. fut un important relais sur l'ancienne route de France, avec plusieurs auberges. Les routes vers Môtiers furent aménagées en 1777 et vers La Brévine en 1877. La gare du chemin de fer "Franco-Suisse" fut construite en 1860 et celle du chemin de fer "Régional du Val-de-Travers" (RVT) en 1883. Le premier hôpital du district fut fondé en 1860. Une école de mécanique exista de 1894 à 1998. La Société d'émulation est active depuis 1859. L'économie essentiellement agricole jusqu'au XVIe s., puis on assiste au développement d'un artisanat et d'une industrie très diversifiés: poterie et poêlerie (du XVIe s. au début du XXe s.); manufacture d'indiennes Borel, Bosset et Guyenet (1750-1772); dentellerie aux fuseaux (du XVIIIe à la première moitié du XIXe s.); tissage de bas au métier S. Duval (seconde moitié du XVIIIe s.); nombreux ateliers d'outillage pour l'horlogerie et de pendulerie (dès le milieu du XVIIIe s.; Ferdinand Berthoud, inventeur du chronomètre de marine, est né à Couvet); distilleries d'absinthe Pernod, Duval, Berger, etc. (de la fin du XVIIIe s. à 1910); imprimerie J.-D. Griesser et carterie A. Petitpierre (XVIIIe s.); tuilerie-briqueterie D. et E. Quadri (de 1834 à la Première Guerre mondiale); mine d'asphalte de La Presta (dès 1840); fonderie de laiton et de bronze Ch.-A. Borle-Borel (1800-1845); tannerie Ch. Borel-Martin (1865-1902); fabrique de machines à tricoter Ed. Dubied (1867-1987); établissement d'électro- et d'hydrothérapie L. Moebus (1888-1909); fabrique de paillons pour bouteilles, puis de carton ondulé A. Bourquin (dès 1897), etc. C. organise deux foires annuelles depuis 1711. La commune fut un réservoir de nombreux maçons et architectes réputés jusqu'au XIXe s. Dès 1890, la méthode du jardinage et du contrôle forestiers par le sylviculteur Henri Biolley fut appliquée dans les forêts communales. Remaniement parcellaire partiel (1967-1980). Plus du tiers de la population était active dans le secteur secondaire et plus de la moitié dans le tertiaire en 2000.


Bibliographie
– H. Jéquier, Le Val-de-Travers des origines au XIVe s., 1962
MAH NE, 3, 1968, 27-48
– S. Robert «L'industrie dentellière dans les Montagnes neuchâteloises aux XVIIIe et XIXe s.», in MN, 1988, 69-95

Auteur(e): Eric-André Klauser