01/05/2007 | communication | PDF | imprimer

Fontainemelon

Comm. NE, distr. du Val-de-Ruz dès 1848, avec une partie du hameau des Loges (1230 m). Vers 1350 Fontainnemelom, 1358 Fontannamillon. 14 feux en 1531, 62 hab. en 1750, 490 en 1850, 794 en 1900, 973 en 1950, 1481 en 1990, 1605 en 2000. Jean d'Aarberg, seigneur de Valangin, accensa en 1358 des terrains défrichés à F. Le village fit partie de la seigneurie puis mairie de Valangin. Erection en municipalité en 1860. Rattaché à la paroisse de Fontaines-Cernier, dès 1875 à celle de Cernier, F. devient paroisse autonome en 1900, comprenant Les Hauts-Geneveys dès 1961. Le temple et la cure datent de 1902. Agricole, F. connaît un développement industriel dès 1793 lors de l'implantation de la manufacture d'horlogerie Benguerel & Humbert qui possédait des comptoirs à Bordeaux et à La Nouvelle-Orléans et occupait à la fin du XVIIIe s. environ 120 ouvriers, dont la moitié était occupée à domicile. En 1815, plus de 50% de la population totale travaillait dans l'horlogerie. La fabrique fut reprise en 1825 par la famille Robert (60 000 pièces et 160 ouvriers), transformée en société anonyme en 1876 (Fabrique d'horlogerie de Fontainemelon SA) et rachetée par ETA SA en 1984. Production d'ébauches en 1913: un million de pièces par 1030 ouvriers; en 1940 deux millions par 1100 ouvriers; en 1962 six millions par 1175 ouvriers. Le village s'est développé parallèlement à l'entreprise. Le village s'étend dans l'ex-zone agricole depuis 1958; zones d'immeubles et de villas. Société coopérative de consommation en 1852. Ouverture sud du tunnel ferroviaire des Loges, établi par Louis Favre en 1860, et portail sud du tunnel routier de la Vue-des-Alpes (1994). Sur la ligne de tramway (1903), puis de trolleybus (1948) et d'autocar (1986) reliant Les Hauts-Geneveys (station CFF) à Villiers; ligne directe de bus vers Neuchâtel.


Bibliographie
– E. Baechler, La Fabrique d'horlogerie de Fontainemelon S.A., 1961
– M. Evard, Fontainemelon: chronique d'un village industriel, 1999

Auteur(e): Maurice Evard