14/07/2005 | communication | PDF | imprimer

Chézard-Saint-Martin

Comm. NE, distr. du Val-de-Ruz, comprend Saint-Martin, Grand-Chézard et Petit-Chézard. Le passage de Pertuis relie l'Erguël à Neuchâtel. 28 feux en 1531, 777 hab. en 1850, 1061 en 1900, 920 en 1941, 974 en 1950, 1601 en 2000. 998 Sancto Martino; pour Petit-C.: 1143 Esser, 1285 Chesas pour Grand-Chézard. Villa romaine du IIe s. apr. J.-C., découverte en 1870. Au début du XIVe s., le prieur de Môtiers tenait un plaid deux ans sur trois à C. Paroisse dès 998; église Saint-Martin dépendant du prieuré de Bevaix, reconstruite en 1684. Grand-C. est détaché en 1753 de la paroisse de Fontaines-Cernier. Politique commune dès le XIVe s.; accords passés: forêts et pâturages (1531), fours (1622), chemins (1629), fontaines (1782). Cultures céréalières dans la vallée et élevage à la montagne. En 1715, Jean Labran introduit l'impression des indiennes. Dès le XVIIIe s., des fermiers bernois s'installent sur les montagnes. En 1895, une manufacture d'horlogerie côtoie les petits ateliers de remontage de montres. La première moitié du XXe s. est une époque de stagnation. Remaniement parcellaire (1922-1924). Dès 1956, C. devient un village résidentiel: peu d'immeubles locatifs, mais de nombreuses villas familiales. Economie artisanale.


Bibliographie
MAH NE, 3, 1968, 232-241
– M. Evard, «Pratiques agricoles et activités paysannes au Val-de-Ruz en 1772», in MN, 1983, 73-83
– «Vie sociale et lieux publics», in Centre communal CSM, 1991, 13-20
– M. Evard, Chézard-Saint-Martin, chronique d'une communauté villageoise, 1998

Auteur(e): Maurice Evard