02/11/2016 | communication | PDF | imprimer | 

Boudevilliers

Ancienne commune NE, district du Val-de-Ruz, ayant fusionné en 2013 avec Cernier, Chézard-Saint-Martin, Coffrane, Dombresson, Engollon, Fenin-Vilars-Saules, Fontainemelon, Fontaines (NE), Le Pâquier, Les Geneveys-sur-Coffrane, Les Hauts-Geneveys, Montmollin, Savagnier et Villiers pour former la commune de Val-de-Ruz. Situé au carrefour des routes Neuchâtel-La Chaux-de-Fonds et Rochefort-Saint-Imier, le territoire communal comprenait B. et les hameaux de Malvilliers, La Jonchère et Landeyeux. 1195 Boudeviler. 31 feux en 1531, 367 hab. en 1750, 578 en 1850, 658 en 1870, 513 en 1900, 524 en 1950, 718 en 2000. Le chapitre de la collégiale de Neuchâtel y possédait des biens au XIIe s. Une partie des dîmes appartenait au prieur de Môtiers qui y tenait un plaid tous les trois ans. En 1308, B. fut donné à Rodolphe IV (Rollin), comte de Neuchâtel, par Jean de Chalon-Arlay. Jusqu'en 1807, il fut mairie comtale enclavée dans la seigneurie de Valangin. Au XVIIIe s., la mairie ressortissait à Neuchâtel sur le plan civil et à Valangin pour les causes criminelles et matrimoniales. Sous le régime Berthier, la mairie fut supprimée et rattachée à Valangin (18 janvier 1807). L'église Saint-Jacques, annexe de la paroisse d'Engollon, fut incorporée au chapitre de Valangin en 1510. Réformé en 1531, B. forme une paroisse avec Valangin dès 1588. Le temple actuel date du XVIIe s.; abside du XIIe s. L'hôpital de district a été installé en 1872 à Landeyeux. Petite station climatique à Malvilliers au début du XXe s. avec sanatorium et colonie de vacances de La Chaux-de-Fonds. En 1993, ouverture d'un centre pédagogique pour enfants difficiles et d'un home pour personnes âgées. Agriculture et artisanat; remaniement parcellaire depuis 1986. B. profita de l'établissement de la liaison Neuchâtel-La Chaux-de-Fonds; on peut distinguer trois tracés successifs de la route de la Vue-des-Alpes (1810, 1950, 1992). Ligne de transports publics Cernier-Neuchâtel desservie par autocar depuis 1969. Le village a payé un lourd tribut aux incendies dans la seconde moitié du XXe s.; de nombreuses fermes ont ainsi disparu.


Bibliographie
MAH NE, 3, 1968, 188-194
– M. Evard, Le Val-de-Ruz à la Belle Epoque, 1990

Auteur(e): Maurice Evard