Enges

Comm. NE, distr. de Neuchâtel. E. comprend le hameau de Lordel, les trois métairies (alpages) de Cressier, d'E. et de Grange Vallier. 1178 en Enge, 1212 Einge. 102 hab. en 1750, 230 en 1850, 176 en 1880, 204 en 1900, 143 en 1950, 289 en 2000. Tombes hallstattiennes et burgondes près de Lordel; traces de la route romaine. La dîme d'E. était perçue par l'église de Cressier en 1213, puis par l'abbaye de Fontaine-André dès 1234. Depuis le XIVe s. et pendant l'Ancien Régime, E. fit partie de la châtellenie du Landeron. La commune d'E. rattachée à la paroisse de Cressier resta catholique. La chapelle, édifiée en 1678, incendiée en 1856, est œcuménique depuis 1973. Les protestants, devenus majoritaires au cours du XIXe s., sont rattachés aux paroisses de Cornaux et Lignières. Le village a perdu sa prédominance agricole séculaire au profit de l'aspect résidentiel depuis les années 1980. Au XIXe s., petite industrie de chapeaux de paille.


Bibliographie
– J. Courvoisier, «Glanures hist. sur la chapelle d'Enges», in MN, 1987, 33-36

Auteur(e): Olivier Girardbille