No 1

Brousse, Paul

naissance 23.1.1844 à Montpellier, décès 1.4.1912 à Neuilly-sur-Marne (près de Paris). Fils de Victor-Léon, professeur de médecine. Etudes médicales à Montpellier. Compromis pour ses activités au sein de l'Internationale, réfugié, B. participe en 1873 à Genève au VIe congrès de l'Internationale et se prononce en faveur des thèses anarchistes. Il passe ensuite à Berne, à Lucerne, trouve un poste d'assistant au laboratoire de chimie de l'université de Berne. Il joue un rôle croissant au sein de la Fédération jurassienne, écrit dans son Bulletin. Il publie des articles dans l'Arbeiter-Zeitung de Berne (1876-1877), traduits par sa compagne, l'étudiante russe Nathalie Landsberg, qui finance le journal. Il organise la manifestation de rue du 18 mars 1877, ce qui lui vaut d'être banni du canton, mais obtient la permission de terminer l'année universitaire 1877-1878. Il vit à Zurich, puis à Vevey dès octobre 1878, et rédige L'Avant-Garde, feuille de la Fédération française de l'Internationale, interdite en décembre 1878 en raison de son approbation du régicide. Condamné à deux mois de prison et à dix ans de bannissement de la Confédération, il gagne Londres en juin 1879 et y demeure jusqu'à l'amnistie de 1880. Il deviendra le leader des possibilistes, l'un des courants du socialisme français.


Bibliographie
DBMOF, 4
– D. Stafford, From Anarchism to Reformism, 1971

Auteur(e): La rédaction