29/06/2007 | communication | PDF | imprimer

Gals

Comm. BE, distr. de Cerlier, située entre le Jolimont, le canal de la Thielle et le lac de Bienne. Outre le village, elle comprend les agglomérations de Bethlehem et de Pont-de-Thielle (all. Zihlbrücke), ainsi que l'établissement pénitentiaire de Saint-Jean. Partie de la commune bourgeoise et de la paroisse de Champion. 1185 Galles, franç. Chules. 221 hab. en 1764, 476 en 1850, 637 en 1900, 757 en 1920, 636 en 1950 et 689 en 2000.

L'ancienneté de l'occupation des lieux est attestée par de nombreuses trouvailles archéologiques: pirogue et tumulus de l'âge du Bronze, tumulus de l'époque de Hallstatt (Klosterwald), squelettes avec bijoux de La Tène (Klostermoos), section de mur romain (Immerzwald). Le domaine relevant des comtes de Neuchâtel, noyau du futur village, passa à l'abbaye de Saint-Jean (Cerlier) aux XIIe -XIIIe s., puis à Berne après la sécularisation du couvent (1528) et dépendit, au judiciaire également, du bailliage de Saint-Jean (de Cerlier en 1803). Abolition tardive du servage (1551). Coutumier de 1652. Incendies dévastateurs en 1746, 1837, 1852 et 1869. Grâce à la construction du canal de la Thielle (1874-1883), les communaux (Grissachmoos) furent asséchés et défrichés. Les terres ainsi gagnées servirent aux cultures maraîchères ainsi qu'à celle de la betterave à sucre, confirmant la tradition agricole du village. Pont-de-Thielle fut annexé à la commune en 1894, suite à une correction de la frontière avec Neuchâtel. Une briqueterie fut en activité à G. de 1658 à 1960, ainsi qu'une fabrique de pierres fines d'horlogerie au XIXe s. L'agriculture, la petite industrie, l'établissement pénitentiaire de Saint-Jean et, depuis 1960, la Compagnie industrielle radioélectrique (devenue filiale d'Alcatel Space en 1998) constituent les points forts actuels de l'activité économique.


Bibliographie
– A. Moser et al., Gals: Beiträge zur Gemeindegeschichte, 1985
– U. Schneeberger, Bauinventar der Gemeinde Gals, 2000

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / VW